S'adapter pour lutter contre la pauvreté au Bangladesh

Bangladesh
Abdul Mazid habite Sunamgonj, une région propice aux inondations au Bangladesh, et a remarqué une forte baisse des stocks de poisson ces derniers temps.

Le Bangladesh est très vulnérable aux changements climatiques et l’impact des modifications du régime de pluie, de la fonte des glaciers de l'Himalaya, et de la montée du niveau des océans se fait sentir en particulier sur les communautés les plus pauvres.

Abdul Mazid, qui habite Sunamgonj, une région propice aux inondations, a remarqué  une forte baisse des stocks de poisson ces derniers temps. « Nos parents attrapaient du poisson en deux ou trois heures. Maintenant, il faut au moins trois jours pour pêcher la même quantité », dit-il.

À retenir

  • Au Bangladesh, 31,5 % de la population vit sous le seuil de pauvreté et dépend exclusivement des ressources naturelles pour assurer sa subsistance.
  • L'Initiative Pauvreté-Environnement apporte une assistance technique à 28 projets gouvernementaux concernant l'agriculture, la gestion de l'eau, le transport et le développement rural.
  • Dans la région propice aux inondations de Sunamgonj, la source de revenus de 100 000 ménages a été améliorée.

À travers son assistance technique à 28 projets gouvernementaux en cours au Bangladesh, l'Initiative Pauvreté-Environnement (PEI), un programme conjoint du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), aide à inverser la dégradation environnementale tout en créant des sources de revenus pour les populations démunies et en améliorant leur résilience aux effets du changement climatique.

L'adoption de procédures gouvernementales pour les nouveaux projets en quête de financements publics fait partie des principales réalisations du PEI au Bangladesh. Ainsi, tout ministère qui dépose une demande de financement doit indiquer le pourcentage de personnes démunies qui bénéficieront du projet, l'impact sur les ressources naturelles et le niveau de résilience des nouvelles infrastructures au changement climatique.

« Les projets reflètent de plus en plus une prise de conscience des effets du changement climatique sur le développement, mais aussi sur la durabilité environnementale et la réduction de la pauvreté », note M. Nurun Nahar, expert en planification.

Dans la région de Sunamgonj, le projet a permis aux communautés de revitaliser les stocks de poisson mais aussi d'augmenter la production agricole à travers une meilleure gestion des ressources naturelles, améliorant ainsi  les moyens de subsistance de 100 000 ménages.

Les experts du PEI ont fourni l'assistance technique et les recommandations pour améliorer le système de gestion de l'eau, introduire des cultures résistantes au changement climatique et multiplier les jardins flottants et les cages de pisciculture.  La construction de routes résistant aux catastrophes naturelles a aussi permis d'améliorer l'accès aux marchés locaux, à l'éducation et à l'assainissement.

« La forêt marécageuse est une source de nourriture pour les poissons, et la vente des feuilles nous rapporte beaucoup d'argent. Maintenant, les personnes démunies de cette région peuvent attraper du poisson », explique Abdul Mazid.

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités.

Voir tous les rapports annuels