La pêche apporte de nouvelles perspectives de travail au Panama

Un pêcheur prépare son filet sur son bateau au large de Guanábano, Panama.
Un pêcheur prépare son filet sur son bateau au large de Guanábano, Panama.

Les pêcheurs de la commune de Guanabano en Puerto Armuelles – située à l’ouest de la République de Panama - commencent leur journée de travail à trois ou quatre heures du matin, guidés par le seul son des vagues.

Ayant jeté à l’eau leurs trémails, filets de pêche traditionnels, ils n’ont plus qu’à attendre le lever du jour en compagnie des pélicans qui voltigent autour de leur embarcation. Selon la saison de l’année, la pêche peut durer de quelques heures à plusieurs jours en pleine mer.

A retenir

  • Le programme concilie la nécessité de protéger les crevettes avec la préservation des moyens de subsistance des pêcheurs.
  • Les pêcheurs ont reçu une formation en finances et les moyens techniques leur permettant de pêcher des espèces marines de haute valeur commerciale avec un équipement capable de protéger le milieu ambiant.
  • Les pêcheurs ont pu augmenter leurs prises annuelles de 18 000 livres à 100 000 livres, entre 2008 et 2010

C’est un mode de vie que cette communauté de pêcheurs a récemment redécouvert. Elle peut aujourd’hui l’exercer d’une manière plus efficace et durable, grâce à l’assistance du gouvernement panaméen et du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), qui leur assure une formation adéquate et leur offre des nouveaux outils de travail.

Malgré l’importance que revêt la pêche pour cette communauté, ses moyens de subsistance ont été compromis il y quelques années par une nouvelle loi, promulguée en 1995, qui interdisait de pêcher avec des trémails afin de protéger certaines espèces de crevettes.

Cette loi ayant été modifiée en 2005, les pêcheurs ont été autorisés à reprendre leurs anciennes activités. Ceci dit, leur matériel de pêche n’ayant pas servi depuis plusieurs années, la plupart des outils de pêche n’étaient plus en état d’être utilisés.

« Ayant été pêcheur pendant trente ans, je ne savais plus quoi faire car je ne pouvais plus aller pêcher en mer », raconte un père de famille ayant quatre personnes à sa charge : son épouse, ses deux filles et un neveu.

C’est ainsi qu’en 2008 a été lancée la Coopérative de pêcheurs artisanaux de Barú dans le but d’aider ses membres à développer une pêche à caractère durable, à améliorer leur qualité de vie, et à moderniser les activités de la commune.

Depuis lors, le Conseil national du développement durable de la province de Chiriqui (CONADES) et le PNUD ont offert leur appui à la Coopérative en lui fournissant des moteurs, des trémails et d’autres équipements de pêche nécessaires pour une reprise, par les travailleurs, de leurs anciennes activités. De surcroît, ils ont offert aux intéressés une formation et les moyens techniques leur permettant de pêcher  des espèces marines de haute valeur commerciale avec un équipement capable de protéger le milieu ambiant, ce qui leur a permis de mieux gagner leur vie. Cette assistance a contribué également à développer les capacités financières, administratives et organisationnelles de la Coopérative.

Grâce à ce programme, les pêcheurs ont pu augmenter leurs prises annuelles de 18 000 livres à 100 000 livres, entre 2008 et 2010, et ont vu leurs recettes dépasser les 70 000 dollars, somme qui a été répartie entre les membres de la Coopérative.

Comme le déclare une femme pêcheur qui a travaillé en mer pendant plusieurs années : « La communauté a trouvé un nouveau souffle de vie. Aujourd’hui, elle peut retourner en mer, elle bénéficie de revenus assurés, ses enfants vont à l’école, et ses familles sont plus unies. »

Dans le cadre d’un processus participatif au niveau de la province et départemental, la Coopérative a également été priée de contribuer à la stratégie nationale de développement durable et de mener des actions stratégiques dans diverses provinces, avec un appui multisectoriel.

La Coopérative assure elle-même la commercialisation rapide du produit pour l’empêcher de s’avarier. Le CONADES l’aide actuellement à construire un centre de stockage avec des chambres froides pour mieux conserver sa production, en particulier pendant les mois d’exportation.

La pêche s’est aujourd’hui transformée en activité familiale pour les habitants de la communauté de Guanábano. À l’heure du retour, les plus petits attendent que reviennent leurs pères en jouant et riant sur le rivage, tandis que les épouses, les frères et les jeunes gens qui n’ont pas pris la mer se tiennent prêts à recueillir la prise, à vider les poissons et à les préparer pour la distribution.

De Janibeth Miranda

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels