Mauritanie : l'énergie solaire au service des communautés vulnérables


DES FEMMES préparent du poisson à l'aide d'UN CUISEUR SOLAIRE Dans le QUARTIER D'EL-MINA, À NOUAKCHOTT. ©PNUD

À soixante ans, Aissata Hamath, une mère de famille vivant dans la communauté vulnérable de Kebba Mendez, en périphérie de Nouakchott, la capitale, témoigne : « avant l’installation des cuiseurs solaires, mes activités économiques se limitaient à la vente de légumes, ce qui me rapportait environ 800 ouguiya par jour [moins de trois dollars].»

À retenir

  • 250 ménages, soit 2500 personnes, bénéficient d’une formation aux techniques de gestion énergétique.
  • 500 fourneaux solaires devraient être fabriqués et vendus au profit des villageois, d’ici la fin de l’année.
  • Le projet est financé à hauteur de 50 000 dollars par le programme de micro-financements (SGP) du Fonds pour l’environnement mondial et le PNUD.

Grâce à un projet pilote, mis en œuvre par l’association Nazaha pour la santé et l’environnement, un four solaire pouvant produire jusqu’à 100 pains par jour a été mis en place dans le village. Plus de 250 ménages, soit 2500 personnes, bénéficient de son utilisation et les villageois ont également appris à fabriquer des pains et gâteaux, qu’ils peuvent vendre pour augmenter leurs revenus.

Le projet, financé à hauteur de 50 000 dollars par le programme de micro-financements (SGP) du Fonds pour l’environnement mondial et le PNUD, vise à renforcer les capacités des communautés, rendre les femmes plus autonomes et réduire la pauvreté tout en assurant la mise en place de nouvelles technologies, durables et respectueuses de l’environnement. 

En tout, 300 personnes, principalement des femmes, ont pu bénéficier de formations aux techniques d’utilisation et de fabrication des fourneaux solaires. C’est le cas d’Aissata qui reconnaît que le projet a considérablement amélioré ses conditions de vie, ainsi que celles de ses proches : « aujourd’hui, je vends du pain, des gâteaux et je participe à la vente des fourneaux solaires. Cela me rapporte en moyenne 8000 ouguiya [30 dollars] par jour. » Près de 250 fourneaux ont ainsi été vendus par les villageois et autant devraient être fabriqués et vendus d’ici la fin de l’année.

Grâce à l’utilisation des fourneaux solaires, la consommation de charbon pour la cuisson des aliments a été réduite de 50%, ce qui constitue une réelle économie pour les habitants.

Le projet a également permis la plantation de 1600 arbres de différentes espèces, afin de sensibiliser la population au reboisement et à la séquestration du carbone.  Ces initiatives ont permis de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre, la pollution de l’environnement et leurs effets néfastes sur la santé des populations. 

Aujourd’hui, l’association diversifie ses activités pour y inclure la fabrication de sacs en tissus, afin de remplacer l’utilisation des sacs en plastique. Elle initie également la construction d’un nouveau siège, à l’aide de matériaux de substitution tels que des bouteilles en caoutchouc ou en verre remplies de sable. Les nouveaux locaux, plus grands, permettront d’accueillir davantage de personnes et d’augmenter la production. 

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités.

Voir tous les rapports annuels