Zambie : les femmes s’investissent au profit d’une agriculture durable

Woman farmer Zambia
Esnart Siandavu montre les plants de riz et de petit pois produits dans sa ferme. ©PNUD Zambie

Esnart Siandavu, 49 ans, participe à une discussion passionnée sur les meilleures techniques agricoles avec un groupe d'agriculteurs.  

Ces 10 dernières années, le village de Muyumbela, situé au sud de la Zambie, a subit des phénomènes météorologiques extrêmes (inondations, sècheresses) qui ont détruit les cultures et affaiblit le bétail, privant les familles de leurs moyens de subsistance et d'importantes sources de revenu et affectant en retour leur capacité à scolariser leurs enfants.

À retenir

  • En Zambie, ce projet contribue au renforcement des capacités de 2 000 agriculteurs sur les techniques agricoles durables afin d'aider leurs communautés à s'adapter aux changements climatiques.
  • Au total, 4 530 ménages à travers huit régions du pays bénéficient du projet.
  • Le projet s'inscrit dans le cadre du programme national sur l'agriculture de conservation du ministère de l'Agriculture et vise à atteindre 1,2 million de petits exploitants agricoles à l'horizon 2017.

« Nous avons toujours de faibles rendements agricoles et de maigres récoltes en raison de la sécheresse », dit Esnart. 

« Ma famille manque généralement de nourriture à partir de février - mars jusqu’à la saison des récoltes suivantes ». 

Pour assurer leur survie, les communautés recouraient, entre autres, à l'abattage des arbres pour la production de charbon, ce qui a aggravé la déforestation. 

Afin de faire face à ce problème, Esnart et 2000 autres agriculteurs, dont 800 femmes, ont créé des groupes d’entraide mutuelle et ont adopté des techniques agricoles durables afin d'accroître leurs rendements tout en diversifiant les cultures et la production animale.

Grâce à un projet appuyé par le PNUD et le gouvernement de la Zambie à hauteur de 3,9 millions de dollars, les communautés locales et celles de sept autres régions du pays ont adopté ce programme. 

Le PNUD contribue au renforcement des capacités du personnel du Ministère de l'agriculture et de l'élevage, qui forme à son tour les petits exploitants aux techniques agricoles durables.

Plusieurs femmes pratiquent désormais l'apiculture et produisent de nouvelles cultures comme le riz, le sorgho, les petits pois, le tournesol et la patate douce en utilisant des méthodes améliorées. Les jeunes, quant à eux, sont formés à l'horticulture et à la culture de l'oignon, de la tomate et de la pastèque.

Les communautés sont formées aux techniques de captage des eaux de pluie. Elles construisent des terrasses sur des terrains en pente et utilisent des techniques d'agriculture de conservation, afin d’accroître la rétention de l'humidité et réduire l'érosion des sols. De petits barrages sont aussi érigés  pour retenir les sédiments.

Le PNUD a également appuyé la construction de 16 stations météorologiques dans les huit régions où le programme est mis en œuvre. 

Le Département de météorologie de la Zambie a formé plusieurs agriculteurs aux systèmes de mesure de la température et de l'humidité de l'air et du sol, de la vitesse du vent, des précipitations et de l’ensoleillement. Désormais, les agriculteurs conseillent leurs communautés, leur apprenant quelles cultures planter et à quelle période de l'année. 

« Mes rendements ont considérablement augmenté depuis que j'ai adopté les techniques d’agriculture de conservation », déclare joyeusement Esnart.

« Nous avons maintenant assez de provisions, tout au long de l'année », dit Patricia Munwela, une autre bénéficiaire du projet.  

Dans cette région rurale et conservatrice de la Zambie, les femmes bénéficient rarement de droits fonciers et n’ont pas l'occasion de s'affirmer au sein de la société, en raison d’une forte inégalité entre les sexes. 

Les zones autrefois sujettes aux inondations et considérées inexploitables sont maintenant utilisées pour la culture du riz qui vient compléter celle du maïs, principale culture de base. 

Les femmes ont joué un rôle majeur et ont obtenu de bonnes récoltes. « Ce projet a amélioré les revenus de leurs familles et renforcé la participation des femmes à la prise de décisions dans leurs ménages et au sein des groupes d'agriculteurs » déclare Viola Morgan, Directrice pays du PNUD en Zambie.

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités.

Voir tous les rapports annuels