Éliminer les CFC au Brésil

Livraison d’un réfrigérateur sans CFC à une habitante du district de Saracuruna (Brésil) dans le cadre d’un programme d’efficacité énergétique du secteur privé.
Livraison d’un réfrigérateur sans CFC à une habitante du district de Saracuruna (Brésil) dans le cadre d’un programme d’efficacité énergétique du secteur privé.

Indiai habite une petite maison avec ses cinq enfants dans un quartier pauvre de São Goncalo, au Brésil. Comme c’est le cas de beaucoup de gens à faible revenu, le réfrigérateur qu’elle avait acheté, à grand mal, il y a plus de 10 ans est aujourd’hui trop vieux, mais il est aussi d’une faible efficacité énergétique ce qui représente des coûts élevés pour le budget familial. Comme elle n’avait pas les moyens de s’en acheter un nouveau, elle a été choisie pour participer à un programme d’efficacité énergétique offert par sa compagnie d’électricité.

Un bel après-midi, Indiai a eu la surprise de voir un camion de livraison déposer chez elle un réfrigérateur neuf, à bonne efficacité énergétique, et les livreurs ont même eu la bonne idée de la débarrasser de son vieux réfrigérateur.

A retenir

  • Les chlorofluorocarbones (CFC) se trouvent principalement dans les dispositifs de réfrigération et de refroidissement.
  • Ils détruisent la couche d’ozone et ont un effet de réchauffement de l’atmosphère 10 000 fois plus fort que celui du CO2.
  • Grâce aux efforts déployés par le PNUD au Brésil, plus de 10 000 tonnes de CFC ont été éliminées.

Normalement, les vieux réfrigérateurs auraient tout simplement été mis à la décharge municipale et le CFC contenu dans la mousse isolante et le compresseur se serait peu à peu évaporé dans l’atmosphère, venant accroître encore les rejets de polluants déjà élevés dans le pays.

Les CFC contribuent à l’épuisement de la couche d’ozone et au réchauffement mondial. En fait, une tonne de CFC réchauffe l’atmosphère 10 000 fois plus qu’une tonne de CO2.

Mais c’est à un atelier de récupération des CFC qu’a été amené le vieux réfrigérateur d’Indiai, première étape d’un périple à l’issue duquel il sera débarrassé de tous ses composants dangereux avant que sa carcasse soit mise au rebut.

Ce traitement étape par étape représente une convergence de ces objectifs complexes que sont la réduction de la pauvreté, l’élimination des gaz à effet de serre et l’écologisation de l’économie; il constitue une nouvelle activité économique, croissante, au Brésil et est le résultat d’un partenariat de deux décennies entre PNUD et le Gouvernement du Brésil.

Cette coopération a débuté en 1987 lors de la signature et de la ratification par 196 nations du Protocole de Montréal, accord international appelant à l’élimination des gaz destructeurs de l’ozone.

Avec le concours financier du Fonds multilatéral aux fins d’application du Protocole de Montréal, du FEM et de divers bailleurs de fonds, le PNUD aide les pays en développement à se conformer aux dispositions du protocole depuis une vingtaine d’années.

Le PNUD gère un programme mondial de plus de 500 millions de dollars qui fournit une assistance technique et financière à plus de 100 pays, leur permettant d’éliminer progressivement l’utilisation de substances destructrices de l’ozone dans les réfrigérateurs, les climatiseurs, les bombes à aérosol, les fumigateurs à cultures et autres dispositifs.

Avec une large gamme de partenaires, notamment du secteur public, du secteur privé, de l’enseignement et de la société civile, le programme de travail du PNUD au titre du Protocole de Montréal a abouti à l’élimination de l’atmosphère terrestre de plus de 63 000 tonnes de destructeurs de l’ozone.

Les efforts déployés par le PNUD en partenariat avec le Gouvernement brésilien et le secteur privé ont permis d’éliminer complètement plus de 10 000 tonnes de destructeurs de l’ozone, le pays ayant trois ans d’avance sur le calendrier fixé par le Protocole.

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels