La Bosnie s’engage sur la voie de l’efficacité énergétique

 A teacher and her students enjoy the newly heated classrooms
Une enseignante et ses élèves profitent d'une salle de classe, chauffée grâce au programme du PNUD. ©PNUD Bosnie-Herzégovine/Aleksandar Zahorodni & Dragan Blagojevic

En hiver, la température à l’intérieur des salles de classe à l’école maternelle de Gradiska, en Bosnie-Herzégovine, pouvait descendre jusqu’à 7° C. Emmitouflés dans plusieurs couches de vêtements, les enfants de la maternelle pouvaient à peine bouger. Les instituteurs tentaient de se réchauffer en frottant leurs doigts gelés et en tapant des pieds tout en s’occupant des élèves.

Aujourd’hui, quelle que soit la température à l’extérieur,  le thermostat de l’école se maintient à 20° C, grâce à une initiative destinée à accroître l’efficacité énergétique dans les bâtiments publics. Le toit a été refait, les fenêtres remplacées, l’isolation renforcée et une nouvelle chaudière à énergie renouvelable respectueuse de l’environnement installée. 

«  Auparavant, nous avions d’énormes pertes de chaleur et d’énergie  », explique Dragana Grahovac, la directrice de l’école. «  Les enfants se sentent maintenant beaucoup plus détendus, ils n’ont plus besoin de porter des vêtements d’hiver encombrants. Ils peuvent courir, jouer et s’amuser en toute liberté  ».

À retenir

  • 37 municipalités ont pris des mesures pour réduire les coûts énergétiques dans les bâtiments publics, avec des avantages potentiels pour quelque 360 000 personnes.
  • Près de 80 pour cent des municipalités considèrent désormais l’efficacité énergétique comme une priorité, augmentant à cet effet leurs engagements de financement à hauteur de 60 pour cent.
  • Les émissions de dioxyde de carbone ont été réduites de 2 000 tonnes par an.

L’initiative menée à Gradiska fait partie des 37 projets pilotes lancés par le PNUD dans toute la Bosnie-Herzégovine, en partenariat avec les acteurs locaux et nationaux, grâce au financement du Fonds pour l’environnement mondial et du Fonds pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement. Ces projets ont été conçus pour permettre à la Bosnie-Herzégovine de s’atteler au problème de de gaspillage d’énergie – et de fonds publics - résultant d’installations inadéquates en matière de chauffage, de refroidissement et d’éclairage dans les bâtiments publics. 

Des études récentes indiquent que les bâtiments absorbent 57 pour cent de la consommation d’énergie totale du pays. Bien qu’ils soient une source importante de perte d’énergie, les bâtiments publics en tant que consommateurs d’énergie ont été largement négligés par les différents échelons de l’administration. 

Les projets pilotes ont démontré que l’efficacité énergétique pouvait entraîner la réduction des émissions de gaz à effet de serre, diminuer les coûts et créer des emplois verts tout en réalisant des économies en faveur du développement local. Aujourd’hui, les responsables dans près de 80 pour cent des municipalités du pays estiment que l’efficacité énergétique est une priorité et conviennent que les solutions à ce problème doivent être méthodiquement planifiées.

La Bosnie-Herzégovine ne dispose pas encore d’un cadre national susceptible de promouvoir une efficacité énergétique accrue, mais l’initiative du PNUD a encouragé le mouvement. Une nouvelle loi nationale sur l’efficacité énergétique est en passe d’être adoptée et devrait permettre de définir les responsabilités et les objectifs aux différents échelons de l’administration publique. Elle servira de base à une législation secondaire visant à promouvoir l’utilisation durable de l’énergie et à intégrer les directives de l’Union européenne dans les législations nationales.  

Pour lancer la mise en œuvre de ces plans, le PNUD a accordé des subventions de démarrage à des projets spécifiques ciblant des écoles, des hôpitaux, des bureaux municipaux et autres bâtiments publics. Ces fonds ont été complétés par un cofinancement local à hauteur de 50 pour cent, voire davantage dans bon nombre de cas. Façades thermiques, capteurs solaires sur les toits, ou fours de cuisson à biomasse, ces initiatives se sont rapidement traduites par des améliorations palpables pour les résidents locaux, soit près de 360 000 personnes. 

L’investissement initial de 3,8 millions de dollars a déjà généré 660 000 dollars d’économies annuelles, et les municipalités ont augmenté leurs engagements de financement de l’ordre de 60 pour cent. Enfin, la réduction de près de 2 000 tonnes d’émissions de dioxyde de carbone par an a été un signe moins tangible mais critique des progrès accomplis.

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels