Moldova : le biocombustible pour assurer l’indépendance énergétique et les emplois

Enfant dans une école chauffée au biocombustibUn nouveau système de chauffage à la biomasse dans une école maternelle en Moldaviele
Un nouveau système de chauffage à la biomasse dans une école maternelle en Moldova, un nouvel emploi pour Igor Chirilenco. (Photo : PNUD Moldova)

L’école maternelle du village d’Ermoclia en Moldova a déclaré son indépendance… énergétique. Au lieu de s’efforcer de chauffer ses locaux avec du gaz importé au prix fort, elle utilise à présent des produits biocombustibles.

C’est bon pour les enfants, mais aussi pour l’environnement. Et le coût du chauffage a diminué de moitié pour l’école.

A retenir

  • Près de 120 villages répartis dans 26 districts ont commencé la conversion vers les biocombustibles, pour le bénéfice de plus de 75 000 habitants.
  • Lancée en 2011, l’initiative devrait aider 130 institutions publiques, dont des écoles et des centres de santé, à se chauffer à meilleur prix.
  • Les nouveaux systèmes de chauffage au biocombustible ont permis de créer plus de 200 emplois.
  • Le gouvernement s’est engagé à faire passer la part d’énergie renouvelable à près de 20% de la consommation nationale d’ici 2020.

« J’aime bien aller en classe », affirme Mihaita, un souriant garçonnet de 4 ans. « Il y fait plus chaud que chez moi. Je vais dire à ma maman et à mon papa de chauffer notre maison de la même manière. »

L’école d’Ermoclia est la première institution publique du pays à se chauffer à l’énergie verte, grâce à un projet du PNUD qui vise à étendre son usage.

« Nous sommes au début d’une utilisation à grande échelle des biocarburants », déclare le Vice-Premier ministre et ministre de l’Économie Valeriu Lazar.

« Non contents de réduire notre consommation d’énergies importées, nous introduisons des résidus agricoles dans le cycle économique », ajoute-t-il. « On ne les considérera plus comme des déchets mais comme une nouvelle opportunité économique et une source de revenus. »

Réduire la dépendance énergétique

Pendant des années, la république de Moldova peine en important à grand frais 95 pour cent de ses combustibles. À l’époque où le gaz coûtait moins cher, les politiques nationales ont encouragé la consommation en raccordant presque toutes les communautés rurales. Mais les prix ont commencé à grimper, atteignant des sommets au cours des six dernières années.

Le gouvernement a réagi en augmentant la part d’énergie renouvelable pour la faire passer à 20 pour cent de la consommation nationale d’ici 2020.

La plus grosse part proviendrait des biocombustibles, que l’on peut fabriquer aisément à partir de déchets agricoles comme la paille, les tiges de maïs et la sciure de bois. La biomasse a aussi pour avantage d’être neutre en carbone, et ne contribue pas aux émissions de gaz à effets de serre.

Le PNUD a lancé le projet Énergie et biomasse en Moldavie avec l’appui de l’Union européenne et en partenariat avec les autorités nationales. C’est la tentative la plus ambitieuse que le pays ait jamais entreprise pour promouvoir l’énergie renouvelable.

Lancée en 2011, l’initiative devrait aider 130 institutions publiques, dont des écoles et des centres de santé, à se chauffer au biocombustible, en conformité avec les normes d’émission de l’Union européenne.

Cent vingt villages répartis dans 26 districts ont déjà commencé à se convertir, pour le plus grand bénéfice de plus de 75 000 habitants, tels les enfants d’Ermoclia.

Nouvelles opportunités d'emploi

Les nouveaux systèmes de chauffage au biocombustible ont aussi permis de créer plus de 200 emplois. Igor Chirilenco, un entrepreneur local, a décidé d’investir dans la production de briquettes et contacté le PNUD pour lui demander son appui.

Il a appris à créer un plan d’entreprise et à calculer à quel moment ses investissements deviendraient profitables. Il a également acquis les compétences techniques pour transformer les déchets végétaux en combustible utilisable.

En 2012, le gouvernement a créé le Fonds pour l’efficacité énergétique afin de financer des projets communautaires en matière d’énergie renouvelable.

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités.

Voir tous les rapports annuels