En Arménie, l'énergie durable réchauffe les maisons et les cœurs

rénovation d'un centre communautaire en Arménie
La rénovation d'un centre communautaire dans la région d'Armavir tient compte de l'efficacité énergétique. ©PNUD en Arménie

Arev Shirikchyan, après avoir assuré deux emplois pour subvenir aux besoins de sa famille, avait coutume de retrouver un appartement froid et sombre. En hiver, se chauffer était une lutte constante à Avan, le district de Yerevan où elle réside.

Il y a vingt ans de cela, 90 pour cent des immeubles d’habitations et des bâtiments publics en Arménie étaient chauffés et alimentés en eau chaude grâce à des systèmes locaux ou centralisés. Mais, durant la période de transition postsoviétique, une grande partie de ces systèmes s’effondrèrent, forçant des personnes telles que Shirikchyan à trouver des solutions de rechange. Cependant, électricité, kérosène et bois ont beaucoup d'inconvénients : abattage d’arbres, impact sur l’environnement, pollution de l’air à l’intérieur des habitations, surcharges du réseau électrique et coûts élevés pour des budgets familiaux déjà très serrés.

A retenir

  • Trente grands immeubles d’habitation, ainsi qu’une école et deux jardins d’enfants sont maintenant régulièrement chauffés et alimentés en eau chaude ; 46 autres bâtiments seront raccordés d’ici 2014.
  • Les sociétés du secteur de l’énergie ont utilisé de nouvelles directives relatives aux tests et à la sécurité afin d’améliorer et d’étendre leurs services.
  • Les nouveaux projets et ceux qui seront reproduits pourraient économiser plus de 4 000 gigawatts-heures de combustible et réduire les émissions de gaz à effet de serre d’environ 886 000 tonnes.

Shirikchyan et son mari rêvaient d’une vie meilleure pour leurs deux enfants et parlaient souvent d’émigrer en Allemagne. Puis, un nouveau système de chauffage urbain, fruit d’un partenariat entre le secteur privé, le gouvernement et le PNUP, apparaît à Avan.

« Il y a quelques années, nous ne pouvions imaginer un tel changement, » dit maintenant Shirikchyan. « Nos enfants vivent dans des appartements sans danger et sont au chaud. Les souvenirs des journées froides et sombres font maintenant partie du passé. » Elle espère à juste titre que chaque citoyen arménien puisse bientôt bénéficier de conditions de vie similaires.

En 2005, grâce aux financements du Fonds pour l’environnement mondial, le PNUD commence à collaborer avec le gouvernement pour réfléchir à des solutions énergétiques durables.

Comme requis par les autorités nationales et les investisseurs privés, le PNUD  réalise alors 15 études de faisabilité sur les différentes options en matière de chauffage des immeubles. L’une d’elles montre que les systèmes alimentés au gaz et fournissant uniquement de la chaleur sont trop coûteux. Les centrales de cogénération modernes qui utilisent également du gaz, mais qui fournissent à la fois de l’électricité et de la chaleur offrent une alternative idéale en zones urbaines compactes.

C’est à Avan qu’est construit le premier système. Le PNUD contribue à réunir les autorités municipales, la Commission nationale chargée de la réglementation des services publics et le secteur privé afin qu’ils s’accordent sur une stratégie future.

Ce système dont la construction a commencé début 2010 est maintenant opérationnel dans trente grands immeubles d’habitation, une école et deux jardins d’enfants; le raccord de 46 autres bâtiments est en cours  pour 2014.

Au fur et à mesure de l’avancement de l’initiative, le PNUD collabore avec les autorités de plus petites municipalités, notamment avec les villes de Spitak et Aparan, afin d’envisager comment elles peuvent elles aussi améliorer leur approvisionnement énergétique et diminuer leurs coûts. Spitak et Aparan participent maintenant au projet MODEL de l’Union européenne, dont l’objectif est d’améliorer les capacités des autorités locales en Europe centrale et de l’Est à mieux gérer leurs problèmes énergétiques.

Dans l’ensemble, les nouveaux projets et ceux qui seront reproduits devraient durant leur durée de vie économiser plus de 4 000 gigawatts-heures de combustible et réduire les émissions de gaz à effet de serre d’environ 886 000 tonnes.

Pour Shirikchyan et des milliers de personnes comme elle qui vivent, travaillent et étudient maintenant dans des lieux plus confortables et à des coûts moindres, les bénéfices sont évidents.

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels