Les conseils pour l’environnement changent la donne dans les provinces afghanes

Enfants à côté d'un canal pollué
Shabana, 9 ans et son frère vont chercher de l’eau pour leur famille à la seule source d’eau de Charikar, le canal de Joe-e-Projey. (Sayeed Farhad Zalmai/PNUD Afghanistan)

Mohammed Tahir, un mécanicien habitant la ville de Charikar, dans la province de Parwan au nord du pays, contemple les eaux du canal qui traverse sa ville et s’inquiète de ce qu’il adviendra des enfants qui en boivent l’eau.

« Beaucoup de jeunes vies ont été fauchées à cause de ce canal. C’est un vivier de microbes et de maladies », se lamente-t-il.

À retenir

  • 22 des 34 provinces afghanes ont désormais des Conseils consultatifs pour l'environnement, grâce à une initiative soutenue par le PNUD
  • Les Conseils s'occupent de projets communautaires tels que le nettoyage des canaux et la promotion de carburants plus propres.
  • Plus de 8 000 arbres ont été plantés pour reboiser la province de Parwan au nord du pays.

Pour les quelque 10 000 familles de Charikar, le canal est la seule source d’eau. La croissance économique non durable et l’absence de réseaux d’égouts ont fini par assécher et transformer en dépotoir ses eaux autrefois propres. La situation va bientôt changer, car une nouvelle agence de protection de l’environnement prévoit de nettoyer le canal et de lutter contre d’autres problèmes environnementaux dans la province de Parwan.

À l’heure actuelle, 22 provinces afghanes sur 34 se sont dotées d’un conseil consultatif pour l’environnement, une initiative soutenue par le PNUD en partenariat avec l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE). Le financement est assuré par le Fonds pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement (F-OMD).

Les conseils ont l’obligation légale de se réunir deux fois par an et comptent 30 membres, parmi lesquels figurent notamment des maires, des responsables d’administrations locales, des anciens, des dignitaires religieux et des représentants d’organisations de femmes et de jeunes.

Ils ont pour objectif de jouer un rôle de conseil et de sensibilisation pour contribuer à la mise en place de politiques et de procédures en matière d’environnement à l’échelle des provinces. De plus en plus souvent, les projets de développement et d’infrastructures dans le pays sont soumis au gouvernement pour une évaluation sommaire et publique. Les conseils le déchargent progressivement de cette responsabilité.

La participation active des nouveaux conseils provinciaux au processus de développement a accéléré la prise de conscience chez les représentants des pouvoirs publics et des communautés, des menaces écologiques qui pèsent sur la province de Parwan.

D’après Abdul Wasih Azizi, représentant régional du ministère du Relèvement rural et du développement, les problèmes environnementaux sont clairement reflétés et pris en compte dans chacun des 826 plans d’action élaborés au niveau des villages. Son ministère a demandé à tous les Conseils et à toutes les Assemblées de développement des districts d’appliquer des normes environnementales strictes.

Les actions entreprises vont bien au-delà du nettoyage du canal. La communauté elle-même participe à un effort de grande envergure pour reboiser la région. Il y a trois ans, Haji Mohammad Khalid, membre du Conseil consultatif pour l’environnement de la province de Parwan, a géré un projet qui a permis de planter plus de 8 000 pins.

« Les jeunes arbres ont été plantés il y a trois ans et nos bénévoles en prennent toujours soin. Presque tous ont survécu », se félicite-t-il.

Le Conseil consultatif pour l’environnement de la province de Parwan est d’ores et déjà parvenu à convaincre les entreprises locales d’arrêter de brûler des pneus et des matières plastiques, une pratique largement responsable de maladies respiratoires et particulièrement répandue dans les boulangeries et les hammams. La plupart des établissements ont maintenant adopté le gaz naturel liquéfié comme combustible.

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels
Suivez-nous sur