Préservation de la culture et protection des villageois à Fidji

Lomawai, situé sur l’île de Fidji, est connu pour sa production de sel traditionnelle.

Tai Butani est la seule habitante du village de Lomawai qui continue à extraire le sel de l’eau des mangroves comme cela s’est fait pendant des générations.

Lomawai, situé sur l’île de Fidji, est connu pour sa production de sel traditionnelle.  Le Programme de microfinancements du Fonds mondial pour l’environnement/PNUD cofinance un projet lancé par le Fonds mondial pour la nature en 1999.  Ce projet a permis à Tai Butani de mener des ateliers et de transmettre ses connaissances aux femmes locales.

A retenir

  • Fidji est située dans la zone du Pacifique où l’incidence des cyclones est la plus forte.
  • Les mangroves constituent une barrière naturelle, qui protège le littoral en cas de tempête.
  • Plus de 11 hectares de mangroves et 3 hectares de marais salants ont été détruits en 40 ans.

« Je puise de l’eau des mangroves dans une casserole que je mets à chauffer pendant 24 heures, et une fois l’eau évaporée, il reste le sel, explique-t-elle. Le sel est visible dès que l’eau s’est un peu évaporée. »

Tai Butani exploite ainsi cette ressource naturelle qu’est l’eau salée des mares des mangroves, dont elle extrait le sel. En goûtant l’eau, elle sait si la teneur en sel est suffisante pour commencer le processus d’extraction.  Sans les racines de mangroves, dit-elle, il ne serait pas possible d’extraire le sel, car c’est la densité des racines qui retient l’eau salée dans les mares.

Le projet de conservation communautaire entrepris par le PNUD vise également à protéger les mangroves et à sensibiliser la population à leur importance.  Avant le lancement du projet, les villageois de Lomawai prélevaient du bois des arbres des mangroves pour s’en servir comme combustible et pour se construire des cases, ce qui a causé la perte de 11 hectares de mangroves et de 3 hectares de mares salines en 40 ans.

Fidji est située dans la zone du Pacifique où l’incidence des cyclones est la plus forte. Les mangroves constituent une barrière naturelle, réduisent les dommages que subissent les régions littorales et protègent la côte et les populations locales des effets des cyclones, des inondations et des pluies torrentielles.

Sholto Fanifo, associé au programme au PNUF/FEM, note que les pêcheries constituent la principale source de revenus de la communauté de Lomawai.  « Les habitants disent qu’il y a de moins en moins de poisson et qu’ils doivent aller de plus en plus loin pour en pêcher pour le vendre, dit-il.  Ce projet leur offre donc une source de revenus qui est plus proche de chez eux. »

En aidant les villageois à apprendre à extraire le sel des mangroves, le PNUD les aide aussi à protéger leurs ressources naturelles et offre aux femmes une nouvelle source de revenus éminemment nécessaire.

Diana, l’une des bénéficiaires du projet, apprend à récolter le sel comme le lui enseigne Tai Butani. Elle est heureuse de préserver les traditions du village. « C’est important pour moi et pour les autres villageoises, dit-elle, parce que nous apprenons ce qui est une tradition et que nous pouvons ainsi participer à son maintien. »

« J’ai dit aux villageois qu’il est important que nous continuions à rétablir l’art de produire du sel et que nous l’enseignions aux jeunes. C’est une chose pour laquelle nous sommes connus et mon peuple doit voir cette ressource naturelle comme un moyen d’apporter le développement dans le village », dit Tai Butani.

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels
Suivez-nous sur