Vote historique des jeunes en Afghanistan

WOMAN VOTING IN THE 2014 PRESIDENTIAL ELECTIONS IN THE CAPITAL KABUL. PHOTO: UNAMA
Une femme vote à l'occasion des élections présidentielles de 2014, dans l'école pour jeunes filles de Zarghuna à Kaboul, la capitale du pays. ©UNAMA

Malgré les conditions météorologiques défavorables et les problèmes de sécurité dans une grande partie du pays, les Afghans se sont rendus aux urnes le 5 avril 2014 pour élire leur président et leurs Conseils provinciaux. Ce scrutin marque la première alternance démocratique de l'histoire de l'Afghanistan.

Les Afghans qui ont obtenu la majorité civile en 2010 et ceux qui n’étaient pas encore inscrits ont dû faire la queue pour obtenir leur carte d'électeur avant le 1er avril. Les moins de 25 ans représentent deux tiers de la population et constituent une part importante de l'électorat. Beaucoup d’entre eux se sont exprimés sur la page Facebook du PNUD Afghanistan durant les semaines qui ont précédé le scrutin. 

À Retenir

  • Plus de 3,8 millions d'Afghans, dont une majorité de nouveaux votants et environ un tiers de femmes, ont retiré leur carte d'électeur lors de la campagne « complémentaire » financée par le PNUD.
  • La commission électorale a pu ouvrir des centres d'inscription dans tous les chefs-lieux et 99 % des districts, avec des bureaux distincts pour les hommes et les femmes.
  • 5 619 agents, dont 34 % de femmes, ont été formés pour mettre en place la campagne exceptionnelle d'inscription sur les listes électorales.
  • Plus de 16,7 millions d'auditeurs et 2,7 millions de téléspectateurs ont reçu des informations sur le processus d'inscription, la nomination des candidats et l'importance de la participation des femmes.

« Je vote pour la paix, un enseignement de qualité, la liberté et les droits des femmes en Afghanistan, » dit Feroza de Kaboul, 21 ans, qui est la seule à posséder une carte d'électeur dans sa famille.

Zarmalook de Gardez, 23 ans, souhaite également que le pays se dote d’armée nationale. Fatima, une jeune femme de Bamyan, confirme son intention de participer aux élections : « C'est mon droit en tant que jeune femme de choisir mon président. »

Pour Sardar, un jeune de 22 ans de la province de Panjshir, le vote est l’occasion, pour les Afghans de décider de l'avenir de leur pays. « Je souhaite que tout le monde participe aux élections, » écrit-il. 2 597 candidats étaient en lice pour les 458 sièges de conseillers provinciaux et huit autres pour l'élection présidentielle. La Commission électorale indépendante a mis en place 20 795 bureaux de vote répartis dans 6 423 centres de vote.

Avec l'appui technique du projet ELECT II (Renforcer les capacités juridiques et électorales pour l’avenir II) du PNUD, la CEI (Communauté des États indépendants) a enregistré plus de 3,8 millions de nouveaux votants, dont environ un tiers de femmes. Elle a également préparé la distribution de 25 000 kits de matériel électoral, 54 500 urnes et 50 000 flacons d'encre indélébile et d'encre UV. En outre, plus de 3 470 ânes ont été mobilisés pour transporter le matériel électoral dans les provinces reculées et montagneuses.

Ján Kubiš, Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU en Afghanistan, a salué la « participation  historique » du peuple afghan (58 % selon la CEI) ainsi que l’efficacité des institutions électorales et sécuritaires nationales.

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités.

Voir tous les rapports annuels