Indonésie: un combat pour la justice sociale

Des femmes souriantes, assises en cercle, l'une d'entre elle est debout.
Grâce à un projet de gouvernance du PNUD, des femmes de la province des Moluques du nord reçoivent des cours de sensibilisation à leur droits juridiques. Photo: PNUD Indonésie

Tomi Soetjipto

Tobololo, Indonésie – Il y a trois ans, Ibu Odah, femme au foyer indonésienne, n’entendait pas grand chose aux questions juridiques. Mais aujourd’hui, cette mère de deux enfants est à la pointe du combat contre la violence familiale sur l’île de Ternate, dans la province indonésienne des Moluques du Nord.

Avec les connaissances et le savoir-faire qu’elle a acquis, elle est à présent en mesure de donner des conseils gratuits aux victimes de violences familiales du village de Tobololo. Depuis qu’elle a reçu une formation d’assistante juridique, elle a traité  trois affaires et a réussi à les porter devant le tribunal local.

A retenir

  • La moitié des 240 millions d'habitants de l'Indonésie vit toujours avec moins de deux dollars par jour et les femmes sont en majorité les plus vulnérables.
  • Le niveau de culture juridique est très faible dans le pays, principalement en raison de la pauvreté et de l’analphabétisme.
  • Plus de 450 000 pauvres et défavorisés ont bénéficié d’un projet d’autonomisation et d’assistance juridiques appuyé par le PNUD et le gouvernement indonésien.

Pour un étranger, cela n’a peut-être rien d’extraordinaire, mais dans sa communauté, où la violence familiale est considérée comme une affaire privée et où la plupart des victimes s’abstiennent de se plaindre par crainte des représailles, c’est un succès remarquable qui marque le début d’une nouvelle ère. Il y a peu, c’est en famille qu’on traitait les problèmes de violence au foyer, selon les lois de l’adat (coutumes traditionnelles) et non en empruntant des voies légales et officielles.

Ibu Odah fait partie des centaines de milliers de personnes qui ont bénéficié d’un projet d’autonomisation et d’assistance juridiques appuyé par le PNUD et le gouvernement indonésien. Ce programme a pour objectif d’accroître l’accès à la justice pour tous les Indonésiens, mais surtout pour les pauvres et les personnes marginalisées.

Le projet, financé par les gouvernements néerlandais, norvégien et suédois, permet de sensibiliser les pauvres à leurs droits et de renforcer les capacités des acteurs gouvernementaux ou non gouvernementaux, afin qu’ils puissent mieux servir et protéger les droits et les intérêts des plus démunis.

Avec le soutien de son mari, Ibu Odah s’est inscrite à une formation d’assistante juridique après avoir pris conscience de l’importance de la justice sociale lors d’une réunion communautaire organisée par l’un des partenaires de programme du PNUD dans son village.

Même si l’Indonésie fait depuis peu partie des pays à revenu intermédiaire, la moitié de ses 240 millions d’habitants vit toujours avec moins de deux dollars par jour et les femmes sont en majorité les plus vulnérables. Le niveau de culture juridique est très faible dans le pays, principalement en raison de la pauvreté et de l’analphabétisme. Une évaluation de ces connaissances menée par le PNUD et le gouvernement indonésien dans cinq provinces a démontré combien l’accès à la justice est important pour lutter contre la pauvreté et combien il est nécessaire, pour l’améliorer, de s’occuper surtout des populations pauvres et désavantagées. Ce constat est à la base de la stratégie nationale d’accès à la justice qui a été incluse dans le plan de développement national en cours.

Plus de 450 000 pauvres et défavorisés confrontés à des questions juridiques tels que des litiges fonciers, des problèmes de discrimination, de violence familiale ou de corruption ont bénéficié de ce programme.

Le directeur du programme, Diani Sadiawati, expliquait récemment que des services et une formation juridique adéquats pouvaient aider les communautés désavantagées, les femmes et les citoyens à faible niveau d’éducation à « prendre leur destin en main ».

Cette stratégie nationale embrasse plusieurs thèmes pour que les avantages de l’autonomisation juridique ne se limitent pas à des différends personnels. Ils comprennent la réforme juridique et judiciaire, l’assistance juridique, la gouvernance locale, les ressources foncières et naturelles et les droits de la femme. Tout en mettant l’accent sur les services juridiques, la stratégie part du constat que la justice pour les pauvres ne peut exister sans un accès juste et équitable à tous les services publics.

Dans la province centrale de Sulawesi, les habitants du village de Tangkumaho et des zones environnantes ont réussi à protéger leurs terres et leurs mangroves de la destruction alors qu’une compagnie privée prévoyait d’y creuser des étangs à poissons industriels. Armés de leurs connaissances juridiques et sûrs de leurs droits, les membres de la communauté ont demandé avec insistance à la compagnie qu’elle produise des autorisations légales. Il se fait qu’elle opérait dans la plus grande illégalité. La communauté est parvenue non seulement à préserver son mode d’existence, mais aussi à protéger ses terres de la destruction.

À Ternate, la campagne contre la violence familiale d’Ibu Odah a débouché sur une réelle avancée des droits de la femme. L’un des dossiers qu’elle a traités concernait un couple non marié : elle a réussi à obtenir une condamnation du tribunal en dépit du fait que la loi contre la violence familiale ne s’était jamais appliquée qu’aux couples mariés.

Ibu Odah espère que d’autres femmes de sa communauté suivront son exemple et qu’à l’avenir, beaucoup d’autres œuvreront en faveur de la justice sociale.

thumbnail

 

Le premier numéro de La Tribune du développement se présente sous forme de journal et reprend, dans un format agréable et peu coûteux, les douze articles lauréats de notre premier concours annuel de reportages.

 

Voir la publication et télécharger le PDF
Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels
Suivez-nous sur