L'hiver est long pour les réfugiés au Liban

réfugiés syriens à Saïda Liban
Des réfugiés syriens à Saïda, au Liban. Le PNUD et ONU-Habitat aident les réfugiés venus de Syrie à survivre à l'hiver. ©S.BALDWIN / HCR

L’hiver dernier a été particulièrement rigoureux pour Hassan Ahmad et sa famille, qui compte 11 personnes. Après avoir fui leur foyer à Damas, ils se sont réfugiés au Liban dans un minuscule appartement de deux pièces dépourvu de portes et d’eau chaude, et au plafond traversé de fuites. 

« Un membre de ma famille nous a offert cet hébergement », indique Ahmad, dont la maison a été détruite lors des combats. « La cuisine et la salle de bain se transforment en fournaise l’été et en marécage l’hiver », soupire-t-il.

Depuis que son fils s’est marié il y a peu, ce logement, situé à proximité de regroupements de réfugiés palestiniens, semble encore plus exigu. 

À retenir

  • Plus de 35 000 réfugiés palestiniens résidant en Syrie ont fui vers le Liban.
  • 19 communautés d'accueil et 9 communes voisines ont été préparées pour l'hiver.
  • Le projet a été exécuté par le PNUD et ONU-Habitat grâce à des fonds fournis par le Gouvernement allemand, l'Agence suisse pour le développement et la coordination, et le Département d'État des États-Unis.
  • 54 projets de remise en état des infrastructures dans 22 des communautés d’accueil les plus vulnérables et dans 7 communes voisines ont permis la construction de réservoirs d'eau, radiateurs, lavabos et latrines fonctionnels.

Comme Ahmad et sa famille, plus de 35  000 Palestiniens et quelques Syriens se sont installés dans l’un des 42 foyers de réfugiés palestiniens du pays, qui accueillent aujourd’hui 110  000 habitants. Ces foyers, qui ne relèvent officiellement d’aucune municipalité, ont vu le jour pendant les premières années de l’exode des Palestiniens, entre 1948 et 1950, et lors de la guerre civile qui a déchiré le Liban entre 1975 et 1990. En l’absence d’autorités fournissant les infrastructures et les services nécessaires, les communautés d’accueil de ces foyers figurent parmi les populations les plus vulnérables du pays.

Depuis 2012, le PNUD et ONU-Habitat œuvrent conjointement à l’amélioration des services, des infrastructures et des conditions de vie de ces populations à travers le Liban. À ce jour, leurs efforts ont contribué à la réhabilitation et à la modernisation de plus de 300 abris en prévision d’un hiver qui s’annonce rigoureux. Ces logements sont désormais équipés de citernes d’eau, de chauffage, de lavabos et de latrines entièrement fonctionnelles. Outre ces travaux d’amélioration, 54 projets urgents de remise en état des infrastructures dans 22 des communautés d’accueil les plus vulnérables et dans sept communes voisines ont permis d’améliorer l’approvisionnement en eau et les services d’assainissement, ainsi que la gestion des déchets solides, les réseaux routiers, le drainage des eaux pluviales et la distribution d’électricité. 

« Nous sommes venus en aide à plus de 2  000 syriens réfugiés dans les foyers les plus vulnérables pour remettre en état leurs abris, ainsi qu’à près de 40  000 résidents permanents et Libanais, qui jouissent à présent d’un meilleur accès aux services urbains de base », explique Nancy Hilal (PNUD). « Chaque jour, plus de 30 familles palestiniennes traversent la frontière entre la Syrie et le Liban, c’est pourquoi nous nous efforçons d’étendre nos projets pour secourir davantage de familles, parmi celles qui manquent cruellement d’un abri et de services urbains essentiels. »

Ces projets ont une incidence positive sur les conditions de vie des réfugiés mais aussi sur les relations entre les réfugiés palestiniens ainsi que la population libanaise et les communes voisines. En favorisant la collaboration et la participation active, ils visent à atténuer les tensions entre les réfugiés et les communautés d’accueil, ainsi qu’entre les foyers et les localités environnantes.

« Comme ils ciblent à la fois les Palestiniens et les communautés d’accueil libanaises, nos projets ont contribué à réduire les tensions entre les premiers habitants et les nouveaux arrivants, mais aussi entre les communautés libanaises et palestiniennes », ajoute Nancy Hilal, analysant le principal impact social du projet. 

Grâce aux efforts du PNUD, la famille d’Ahmad voit son quotidien s’améliorer peu à peu. Son logement comprend aujourd’hui une pièce supplémentaire, des portes, des fenêtres et un toit flambant neuf, qui offrent à la famille plus d’intimité et la protégeront du froid pendant l’hiver.

« Cette année, nous avons de l’eau chaude et nous pourrons enfin préparer les repas dans notre cuisine », commente Hassan, soulagé, en contemplant le nouveau plafond étanche. « Nous pourrons passer l’hiver. »

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels