Philippines : l'emploi d'urgence accélère le relèvement à Santa Fe


Trinidad (tout à droite), ici avec sa famille, devant leur maison, à Tacloban. ©Anna Mae Lemantillo et Lesley Wright/PNUD Philippines

Trinidad Bato-balono marche le long d’une plage de sable blanc dans sa ville natale, sur l'île de Santa Fe.

« J'ai pris part au nettoyage de cette partie du littoral après le passage du typhon Haiyan, » dit-elle. « Les entreprises se relèvent peu à peu, les touristes reviennent et les élèves retournent à l'école. »

Highlights

  • Le PNUD appuye les communautés de Santa Fe, aux Philippines, à se relever et reconstruire après le passage du typhon Haiyan en novembre 2013.
  • Des montagnes de décombres ont été déblayées, facilitant la remise en service de 15 hôpitaux, 744 écoles, 620 centres d'accueil, 622 bâtiments municipaux, environ 1 746 km de routes et 970 km de canalisations.
  • 42 168 sinistrés, dont près de 35 % de femmes, ont obtenu un emploi temporaire dans le cadre du programme de relèvement rapide du PNUD dans les Visayas.

Avec l'appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la population locale a été recrutée pour déblayer les décombres des plages et des routes ainsi que pour reconstruire le port, poste clé de la reprise du secteur touristique. Malgré la destruction d’une des rampes d’embarquement, les communautés locales ainsi que les touristes peuvent à nouveau emprunter les ferrys qui relient le port de Hagnaya, à San Remigio, et Santa Fe.

« Les liaisons n'auraient pas pu reprendre aussi vite sans l’aide du PNUD, » déclare Jose Esgana, maire de Sante Fe. « Grâce aux centaines de participants aux programmes « argent-contre-travail », nous avons pu accélérer le déblayage des salles de classe, des routes et du littoral. » 

« À ce jour, plus de 42 000 sinistrés ont obtenu un emploi temporaire dans le cadre du programme de relèvement rapide du PNUD dans les Visayas, un groupe d'îles au centre de l'archipel philippin. Les autorités locales et les leaders communautaires recrutent les travailleurs qui reçoivent le salaire minimum légal. Les participants sont employés pour une période maximum de 15 jours.

En plus d'éviter aux victimes de sombrer dans la pauvreté, les travailleurs ont aidé à déblayer des montagnes de décombres et permis, six mois après le passage du typhon, la reprise des activités dans 15 hôpitaux, 744 écoles, 620 centres d'accueil et plus de 600 bâtiments municipaux. Près de 2 000 km de routes et 1 000 km de canalisations ont réhabilités.

« Le PNUD était déjà très présent auprès des communautés après le typhon Yolanda, » se félicite Phillip Cooper, coordonnateur du PNUD pour le relèvement. « C'est ce qui nous a permis d'offrir des programmes d'emploi d'urgence aux sinistrés dès le premier mois. Nous avons été frappés par la résilience et la détermination des Philippins à reconstruire leurs maisons et à s'entraider. » Pour Bato-balono, masseuse et manucure de 55 ans, il n’a pas été facile de se relever de cette épreuve. Peu après avoir reconstruit sa maison, emportée par le typhon Frank en 2008, elle s'est retrouvée à la case départ avec les sept autres membres de sa famille. 

« Le premier mois a été le plus dur, » se souvient-elle. Après le typhon, le littoral était à peine reconnaissable sous les montagnes de décombres. Les stations balnéaires étaient fermées, les touristes avaient déserté les plages et il n’y avait plus de travail pour les habitants de Santa Fe.

« Quand j'ai pris connaissance du programme « argent-contre-travail » du PNUD, j'ai tout de suite postulé » poursuit Boto-balono.

Aujourd'hui, le retour des navires au port est un spectacle porteur de promesses et d'espoir. Boto-balono est très optimiste pour sa communauté et sa famille. Grâce aux revenus tirés du déblayage et aux matériaux de construction fournis par le gouvernement, sa famille a pu réhabiliter son ancienne maison.

« C'est un miracle, » révèle Bato-balono. « Tant que ma famille reste unie, je sais qu’on pourra s’en sortir. »

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

Notre Rapport annuel 2013-2014 met en lumière les résultats de notre travail dans plusieurs domaines clés. De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités.

Voir tous les rapports annuels