Aider les victimes du conflit en Colombie

Community members from the El Copey municipality in Colombia. Photo: UNDP Colombia
Le Programme du PNUD pour la justice transitionnelle aide la Colombie à affronter son passé violent, et à rendre justice aux victimes de la plus longue guerre civile en Amérique du Sud. Photo: PNUD Colombie

Dans une petite ville colombienne en bordure du Pacifique, Luz Dary Santiesteban déclare en pointant son doigt vers l’eau : « Si la mer pouvait parler, elle nous raconterait tout sur les victimes. On les a toutes fait disparaître. »

Santiesteban fait partie des milliers de personnes dont les parents furent assassinés durant le conflit en Colombie, qui a commencé en 1964 et qui perdure encore aujourd’hui. Bien qu’un cessez-le-feu de deux mois soit actuellement en vigueur, de graves violations des droits de l’homme, notamment des exécutions extrajudiciaires, des enlèvements, des déplacements forcés, et des vols de terres, ont été commises à l’encontre des populations civiles par toutes les parties impliquées durant la guerre.

A retenir

  • Plus de 173 000 homicides ont été commis et plus de 77 000 cas de déplacements forcés ont été observés durant la guerre civile
  • 219 ateliers juridiques et psychosociaux soutenus par le PNUD ont aidé plus de 13 500 victimes dans tout le pays
  • à ce jour, plus de 57 000 investigations ont eu lieu et près de 10 000 victimes ont reçu une aide juridique

À Meta, en Colombie centrale, Maria*— comme des milliers d’autres femmes—a été victime de violences sexuelles durant le conflit. «  Les actes criminels que j’ai vécus engendrent de sérieux problèmes physiques et psychologiques qui sont difficiles à surmonter au quotidien, » déclare-t-elle.

Santiesteban et Maria, ne sont que deux victimes parmi des milliers d’autres. Cependant, elles ont décidé de se prendre en main tout en aidant leur pays. Elles font toutes deux activement partie des organisations de victimes soutenues par le PNUD qui viennent en aide à ceux qui ont été touchés par le conflit armé colombien. A ce jour, le PNUD a aidé quelques 980 groupes de promotion, la plupart de création récente, en leur offrant des conseils juridiques, une préparation à la gestion et à la prise de responsabilités, ainsi que des conseils relatifs à la création et à la consolidation des organisations. Les Colombiens ont utilisé ces groupes pour mieux connaître et défendre leurs propres droits.

L’atelier sur les droits des personnes auquel Maria et 30 autres survivants de violences sexuelles ont participé récemment montre comment le PNUD fournit son aide. « Cette formation m’a beaucoup aidée pour surmonter ce que j’avais vécu. Grâce aux espaces mis à notre disposition, nous pouvons utiliser cette expérience pour fournir des soins, et aider d’autres personnes et institutions qui s’efforcent de sortir de cette phase difficile, » dit-elle. En tout, 219 ateliers juridiques et psychosociaux soutenus par le PNUD ont aidé plus de 13 500 victimes dans l’ensemble du pays.

Les crimes et les abus commis à l’encontre des droits de l’homme furent si fréquents durant le conflit, qu’encore récemment, il n’existait aucune documentation précise sur le nombre de victimes. Le PNUD a fourni une aide technique et juridique au gouvernement pour documenter les 1 614 massacres, 173 000 homicides et 77 000 cas de déplacements forcés qui eurent lieu durant la guerre. Plus de 57 000 investigations ont été entreprises et une aide juridique a été fournie à près de 10 000 victimes.

Le PNUD aide le gouvernement, la police et le système judiciaire à examiner les horreurs du passé, en fournissant une aide technique pour l’investigation des accusés et la poursuite des criminels et en soutenant la rédaction de nouvelles lois qui protègent les témoins et les victimes. Dans certaines régions du pays, les experts du PNUD ont aidé le gouvernement à procéder à des exhumations, fournissant des éléments de preuves aux investigations menées sur plus de 9 400 cas de personnes disparues.  Avec le soutien du PNUD, le Bureau de l’Ombudsman a rendu justice aux 27 400 victimes vivantes de la guerre, et grâce aux activités de plaidoyer des quelques organisations de la société civile à qui le PNUD a fourni des conseils juridiques et une formation sur le respect des droits de l’homme, 75 000 personnes ont été indemnisées pour les souffrances causées par les crimes, la contamination des terres ou la perte de membres de leurs familles.

Un registre national de personnes disparues a également été établi avec l’aide du PNUD, et d’autres modifications juridiques, telles que la Loi de 2011 sur les victimes et la restitution des terres, assureront, d’ici à 2014, des réparations à plus de 400 000 personnes spoliées de leurs terres.
Alors que le souvenir du passé violent de la Colombie commence à s’estomper, ces mesures s’annoncent positives.

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels