Bosnie-Herzégovine : les eaux se retirent mais beaucoup reste à faire pour les communautés affectées

Radenko Gojkovic Doboj pris en photo devant sa maison.
Radenko Gojkovic Doboj pris en photo devant sa maison. Photo: PNUD en Bosnie-Herzégovine

Les fortes chutes de pluie de mai 2014 ont inondé des quartiers entiers de Doboj, une ville de 75 000 habitants située dans le Nord de la Bosnie-Herzégovine. De nombreux résidents souffrent encore de la catastrophe.

« J’avais planté du maïs, du blé et de l’orge dans mon champ. Il n’en reste rien, » explique Radenko Gojkovic, un agriculteur de la région. L’inondation a détruit sa récolte, ses machines et il ne sait pas comment il va pouvoir subvenir aux besoins des quatre membres de sa famille.

À retenir

  • Les récentes inondations ont atteint près d’un quart de la population du pays, détruisant plus de 43 000 foyers et laissant de nombreux agriculteurs dans une situation extrêmement difficile.
  • En réponse à cette catastrophe, le PNUD est sur le terrain depuis le premier jour, apportant son aide dans les zones les plus touchées.
  • L’UE et USAID, ainsi que l’Irlande, les Pays-Bas, la Norvège et la Suisse ont contribué au financement du programme.

Ce n’est que récemment, une fois que les eaux se sont complètement retirées, qu’on a réellement pu prendre la mesure des dégâts. L’eau, qui recouvrait des zones entières de la ville, a laissé place à des amoncellements de gravas, là où se dressaient autrefois des voies de chemin de fer, des écoles et des boutiques. À Doboj, des centaines d’habitants ont perdu leurs emplois, leurs récoltes et leur bétail.

Selon les estimations, près de 75 % des terres arables de la région ont été balayées par les inondations, soit 35 000 hectares. Et, à l’instar de Doboj, des dizaines d’autres localités sont inondées. À travers le pays, plus de 43 000 foyers ont été endommagés et près d’un million de personnes ont été touchées. Le coût total des dégâts pourrait atteindre 1,73 milliard de dollars.  

Doboj va bénéficier du programme de relèvement coordonné par le PNUD dans les communautés les plus gravement affectées par les inondations. Au total, plus de 80 municipalités profiteront de l’aide fournie par ce programme. À ce jour, le PNUD a versé 1,1 million de dollars d’aide en vue de relancer l’agriculture industrielle et artisanale, ainsi qu’1,2 million de dollars pour l’élimination des débris et le déminage, y compris les levés miniers et le lancement du programme d’urgence pour l’emploi.

Le PNUD a fourni du travail à plus de 600 habitants afin de nettoyer, de reconstruire les communautés et de retirer les débris à Doboj et à Bijeljina, Samac, Zepce, Maglaj, Odzak et Orasje. Une partie de ce processus consiste à apporter un appui à court terme aux agriculteurs, en livrant des milliers de tonnes d’engrais, de maïs, de graines et de nourriture destinées aux animaux. Le PNUD a également fourni des générateurs pour aider les communautés à faire face aux coupures de courant, des trousses d’hygiène, des déshumidificateurs, des pompes à boue, des latrines et des unités de purification de l’eau. Dans les zones critiques des municipalités de Zepce, Bosanski Samac, Doboj et Maglaj, les entreprises de construction s’attachent en priorité à restaurer l’accès aux routes.

Sveto Manojlović, agriculteur, exprime sa reconnaissance : « Les gens ont énormément souffert. Sans cette aide, je ne sais pas si on s’en sortirait. »
 
« 600 personnes ont participé aux travaux publics par le biais des autorités locales, en coopération avec les bureaux pour l’emploi des municipalités les plus touchées par les inondations, » indique Edis Arifagic, Administrateur du Programme de réponse aux inondations du PNUD. « Nous nous concentrons désormais sur les 60 prochains jours. Notre objectif est de réduire les effets des inondations et des glissements de terrain, et de répondre aux besoins des communautés affectées. »

Le PNUD en action
De nouveaux partenariats pour le développement

De la sécurité alimentaire à la création d’emplois, au bon déroulement des élections, au relèvement d’après crise et à la gestion des ressources naturelles non renouvelables, nos efforts convergent vers un but concret : aider les pays à éliminer la pauvreté et à réduire les inégalités.

Voir tous les rapports annuels