Crise en République centrafricaine


Personnes déplacées à Bangui, RCA. Photo: Evan Schneider, UN Photo

La violence sectaire qui sévit en République centrafricaine a déraciné près d'un million de personnes. On estime que la moitié de la population, soit près de 3 millions de personnes, a besoin d' aide humanitaire.

A retenir

  • 1/2 million de personnes déplacées en raison des combats.
  • 3 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire.
  • Les moyens de subsistance de 95% de la population ont été affectés par le conflit.

Plus de 5 000 civils ont été tués depuis que la violence sectaire a éclaté en mars 2013. Depuis, près de 250 000 personnes ont fui le pays et se sont réfugiées au Cameroun, Tchad, République démocratique du Congo, et République du Congo. 557 000 personnes sont toujours déplacées dans le pays, dont 25% à Bangui.

Survenant juste après des inondations répétées, les combats ont détruit les infrastructures et les services de base, fait flamber le prix des produits alimentaires et accéléré le déclin économique du pays.

La destruction des actifs productifs et autres biens a contraint les agriculteurs à abandonner leurs récoltes et provoqué la fermeture de nombreuses entreprises. Avant que n’éclate crise actuelle, 70% de la population vivait sous le seuil de pauvreté et ce chiffre a augmenté de façon spectaculaire depuis.

La riposte du PNUD à la crise

Le PNUD appuiera la stabilisation de la République centrafricaine en mettant progressivement en place des initiatives relatives à la sécurité communautaire, aux modes de subsistance, à la cohésion sociale et à la réconciliation.

En collaboration avec les pays donateurs et les Nations Unies, il a déjà aidé à rédiger une feuille de route pour cette période de transition et participera à sa mise en œuvre. En fin de compte, ces initiatives ouvriront la voie à l’organisation d’élections.