PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Crise en République centrafricaine

A Bangui, la paix entre musulmans et chrétiens est enfin possible grâce à ce projet de réconciliation.

La violence sectaire qui a agité le pays entre 2013 et 2015 a déraciné près d'un million de personnes. Selon OCHA, la crise a  déplacé près de 435 000 personnes à l'intérieur du pays et forcé plus de 465 000 personnes à fuir le pays pour rejoindre le Cameroun, le Tchad, la République démocratique du Congo ou la République du Congo.

Fin 2016, la moitié de la population, soit 2,3 millions de personnes, dépendait toujours de l'aide humanitaire. Environ 2,5 millions sont touchées par l'insécurité alimentaire. Plus de 50% des services de santé sont aujourd'hui assurés par les ONG et 800 000 enfants n'ont pas accès à l'éducation.

A retenir

  • 60% de la population Centrafricaine continue de vivre dans l'extrême pauvreté
  • Le PNUD a coordonné l’aide de la communauté internationale pour le référendum constitutionnel, et le suivi des élections législatives et présidentielles
  • L'élaboration d'une stratégie nationale pour la réconciliation a permis la mise en place d’un réseau de médiateurs locaux

La réponse du PNUD à la crise

En collaboration avec les pays donateurs et les Nations Unies, le PNUD a aidé le gouvernement de transition à rédiger une feuille de route fixant comme priorité l’appui au dialogue politique, la réconciliation nationale et l’organisation des élections, l’appui au processus de restauration de la paix et de la sécurité, le relèvement communautaire et l’assistance humanitaire.

Pour le référendum constitutionnel, suivi des élections législatives et présidentielles, le PNUD était chargé de coordonner l’aide de la communauté internationale et de mener un programme visant à enregistrer, mobiliser et sensibiliser les électeurs, à appuyer la logistique des scrutins, et à renforcer les capacités de l’Autorité nationale des élections.

Le PNUD a également aidé le Gouvernement à réaliser une enquête sur les besoins en matière de reprise de l’administration territoriale, des infrastructures et des services. L'organisation a été à la pointe d’une initiative multipartite en vue de soutenir le paiement de 12,4 millions de dollars US en salaires du secteur public, ce qui  a empêché l ’effondrement des institutions nationales pendant la crise.

En 2016, nous avons continué de travailler sur la cohésion sociale, la sécurité et la justice, l’emploi des jeunes et la réforme de l’administration de l’État. Une partie importante de notre appui a consisté à collaborer avec le Gouvernement au déploiement de l’administration civile et des forces de police et de gendarmerie et à la remise en marche du système judiciaire.  Nous avons également aidé les pouvoirs publics à élaborer le Plan national de stabilisation, qui a été présenté lors de la conférence des donateurs qui s’est tenue à Bruxelles en novembre 2016.