Haïti : du relèvement au développement durable

Haïti est parmi les pays du monde les plus exposés aux catastrophes naturelles et sa vulnérabilité augmente avec le changement climatique, la dégradation de l'environnement et l'utilisation irrationnelle de l'espace, en particulier dans les villes.

De 1975 à 2012, les catastrophes liées au climat ont causé des dommages et pertes annuels équivalant à environ 2 % du produit intérieur brut, tandis que le séisme du 12 janvier 2010 a causé 220 000 décès, 1,5 million d'habitants déplacés et des destructions évaluées à 120 % du produit intérieur brut.

En octobre 2016, Haïti a été gravement touchée par l'ouragan Matthew, qui a tué des centaines de personnes sur son passage,  détruit les récoltes et des dizaines de milliers de foyers, et a conduit plus de 60 000 personnes à vivre dans des abris temporaires.

À retenir

  • Après le passage de l'ouragan Matthew, le PNUD a alloué 1 million de dollars de ses propres ressources pour lancer le processus de relèvement
  • Plus de 45 000 familles affectées par le tremblement de terre ont été relogées grâce à différentes initiatives
  • Les capacités opérationnelles de la Direction de la Protection Civile ont été renforcées, un guide méthodologique de réduction des risques urbains, ainsi que la réalisation d’études sur les risques sismiques réalisées
  • 9132 hectares de bassins hydrographiques ont été réhabilités, réduisant la vulnérabilité environnementale et plus de 350 000 emplois permanents et temporaires ont été créés.

Tirant les leçons de 2010, la stratégie de relèvement du PNUD en Haïti a été conçue et mise en œuvre en partenariat étroit avec les autorités locales et nationales.

Relèvement

Au lendemain du passage de Matthew, le PNUD a alloué 1 million de dollars de ses propres ressources pour lancer le processus, soutenu par de généreux donateurs (notamment le Japon, l’Ile Maurice, la Nouvelle-Zélande, la Suisse, FIDA et la BID) et le gouvernement haïtien. Cependant, des ressources financières supplémentaires sont nécessaires pour étendre nos projets existants et aider les Haïtiens à reconstruire le pays. Faites un don maintenant

Depuis octobre 2016, nous sommes venus en aide à 10 municipalités en remplaçant les principales infrastructures endommagées et en appuyant leurs capacités opérationnelles d’intervention. Au niveau national, nous avons apporté une assistance technique au ministre de la Planification et de la coopération extérieure pour évaluer les besoins du pays au lendemain de la catastrophe, renforcé les capacités d’intervention et de communication de la Direction de la protection civile et appuyé le ministère de l’Environnement ainsi que le Ministère de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales.

Le PNUD a aussi créé près de 124 000 emplois journaliers qui ont fourni un revenu immédiat. En injectant des liquidités dans l’économie locale, ces programmes de création d’emplois d’urgence (« Argent contre travail ») ont restauré les moyens de subsistance et entamé le processus de relance économique dans les zones touchées. Nous nous sommes attachés à sélectionner les personnes les plus vulnérables, notamment les femmes, pour participer à la reconstruction.

Après le passage de Matthew, nous avons soutenu les autorités locales pendant la planification de relèvement à l’aide de cartes multirisques élaborées dans le département de Grand'Anse.

Autonomisation des femmes

L’introduction systématique de quotas pour la participation des femmes dans les interventions a permis de générer un changement d’attitude au sein des communautés.

Malgré cela, entre 9 et 31% des femmes haïtiennes sont victimes de violence de diverses formes, tandis que leur accès à l'aide juridique est encore très limité. Par ailleurs, le taux rural et urbain moyen de chômage atteint 20% pour les femmes et près de 15% pour les hommes.

Réduction de la pauvreté 

En collaboration avec le Ministère du commerce et de l’industrie, le PNUD a lancé le projet de laboratoire pour l’innovation et le développement économique (LIDE) dans le but de former de jeunes entrepreneurs. Les jeunes dont les projets sont sélectionnés bénéficient d’une formation professionnelle et sont supervisés par une institution de microfinance pour créer leur entreprise.

Environ 900 microentreprises ont aussi été renforcées à travers la formation, l’accès au crédit et la concrétisation de projets économiques mettant l’accent sur les femmes et les jeunes des quartiers les plus vulnérables.

Dans le cadre du relèvement, plus de 350 000 emplois permanents et temporaires ont été créés.

Environnement 

D'importantes leçons ont été tirées, notamment la nécessité d'intégrer pleinement la vulnérabilité environnementale et la réduction des risques de catastrophe dans tous les projets, et d'investir dans les capacités de gestion et de coordination gouvernementales.

L'évaluation de la réduction de la vulnérabilité dans le Sud a montré que la participation directe des autorités locales permettait de mieux répondre aux besoins de la population. L'évaluation du programme de relèvement a recommandé l'introduction systématique de quotas pour la participation des femmes.

D'autre part, 9132 hectares de bassins hydrographiques ont été réhabilités, réduisant la vulnérabilité environnementale.

Lutte contre le sida et la tuberculose 

Le niveau de prévalence du VIH-SIDA s'est stabilisé et on constate une amélioration de la situation concernant la tuberculose :

  • Plus de 68,349 personnes vivant avec le VIH ont été placées sous ARV
  • Plus de 389,000 personnes ont été testées pour le VIH dépassant ainsi la cible prévue pour la période de plus de 100,000 tests
  • La stratégie d’intégration de la Tuberculose et du VIH a été renforcée, avec 93% des patients TB ayant reçu un test de dépistage VIH.

 

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe