Pour l'insertion des personnes handicapées au Kazakhstan

participants à un concours de danse sociale
Des participants à un concours de danse au Kazakhstan. Le PNUD travaille en collaboration avec le gouvernement pour soutenir les droits des personnes vivant avec un handicap. (Photo: PNUD Kazakhstan)

Depuis qu’on lui a diagnostiqué une grave lésion de la moelle épinière à l’âge de cinq ans, la vie est une bataille sans fin pour Ali Amanbayev.

« Enfant, j’ai commencé à utiliser des béquilles et je devais faire mes devoirs couché sur le dos, se rappelle-t-il. Au fil des ans, j’ai compris que les choses ne feraient qu’empirer. Ce n’est pas facile d’être handicapé dans une société où le système d’aide sociale est peu développé. Sans parler de la stigmatisation du handicap ! »

Mais les comportements et les mentalités commencent lentement à évoluer au Kazaekhstan. À 65 ans, Amanbayev dirige aujourd’hui 
l’Organisation des personnes handicapées du Kazakhstan. Cet été, il a été nommé conseiller du ministre du Travail et de la Protection sociale, devenant ainsi la première personne handicapée à occuper ce poste de haut niveau.

A retenir

  • Au Kazakhstan, 200 millions USD ont été utilisés pour offrir des services adaptés à plus de 2 000 personnes handicapées
  • Près de 70% des infrastructures publiques au Kazakhstan sont inaccessibles aux personnes handicapées. Le gouvernement travaille à changer cette situation.
  • Le PNUD a travaillé avec le Ministère du travail et de la protection sociale pour offrir un filet de sécurité sociale à 500 000 personnes handicapées.

Cette nomination historique n’a pas surpris Amanbayev, qui assiste depuis peu à une reconnaissance des droits des personnes handicapées au Kazakhstan. Depuis 2008, le PNUD travaille en étroite collaboration avec le ministère du Travail et de la Protection sociale pour appuyer les droits des personnes handicapées. C’est ainsi que le système de 
protection sociale s’est élargi pour inclure 500 000 d’entre elles. Avec l’appui du PNUD, un certain nombre d’organisations non gouvernementales (ONG) ont accentué leurs efforts pour faire nommer une personne handicapée comme conseiller du gouvernement. La nomination d’Amanbayev a marqué un tournant décisif pour le pays.

Le PNUD, en partenariat avec le gouvernement, a également publié un rapport national sur le développement humain qui recommandait, pour la première fois dans un pays d’Asie centrale, qu’on mette fin à l’exclusion et promeuve l’égalité des droits des personnes handicapées. Le rapport a attiré l’attention du public et des médias.

Grâce notamment aux activités de plaidoyer du PNUD, le Kazakhstan a signé en 2008 la Convention internationale relative aux droits des 
personnes handicapées et son Protocole facultatif. Plus récemment, le PNUD a collaboré avec les pouvoirs publics pour promouvoir des politiques nationales en faveur des personnes handicapées et créer des services de base comme la possibilité d’obtenir un diplôme universitaire par l’enseignement à distance, en plus des formations professionnelles et des services de revalidation.

Améliorer les services sociaux

Suivant les conseils du PNUD, le Kazakhstan a amendé des lois fondamentales pour améliorer les services sociaux destinés aux groupes 
vulnérables, les personnes handicapées faisant l’objet d’une attention particulière. Le gouvernement a ainsi alloué 200 millions de dollars de fonds pour permettre à plus de 2 000 personnes handicapées de recevoir des services spéciaux.

L’amélioration des services gouvernementaux a permis à Amanbayev d’engager un assistant personnel qui l’aide à se déplacer en chaise roulante. À l’heure actuelle, plus de 7 000 personnes handicapées bénéficient de ces services essentiels au Kazakhstan.

« Cela fait une telle différence !, s’exclame Amanbayev en parlant de son assistant. Il me donne le coup de pouce nécessaire pour affronter les défis de tous les jours. »

Pour le moment, Amanbayev et trois autres dirigeants d’ONG font pression auprès du ministère des Transports et des Communications pour qu’il révise les normes d’accès des personnes handicapées aux espaces et aux 
transports publics. C’est dans ce cadre qu’il a été invité à participer à plusieurs réunions et auditions publiques au ministère, où il a 
souligné avec conviction le besoin urgent pour le pays de rattraper son retard par rapport aux normes internationales. Le ministère a réagi en promettant de faciliter d’ici deux ans l’accès des personnes en chaise 
roulante aux quais ferroviaires et aux trains.
« Vous ne vous rendez pas compte à quel point c’est vital », affirme Amanbayev.

Améliorer l’infrastructure des transports ne représente qu’un aspect de la grande campagne nationale visant à assurer un accès inclusif aux espaces publics. C’est un tournant décisif pour le Kazakhstan, où les personnes handicapées n’ont pas accès à plus de 70 pour cent des infrastructures publiques. Avec l’aide du PNUD, le gouvernement procède actuellement à une étude sur l’accessibilité des bâtiments et des services publics, y compris une estimation du coût des travaux nécessaires.

Depuis son lancement, le programme du PNUD a réussi à sensibiliser le grand public et à 
promouvoir une culture de l’inclusion vis-à-vis des personnes handicapées. Outre un court métrage, des expositions de photos et des conférences nationales et internationales, plus de 5 000 exemplaires de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées ont été distribués dans les principaux 
organismes publics, les bibliothèques et les universités.

 

Par Assel Tleof, finaliste du second concours de reportage du PNUD

ASSEL TLEOF est assistante chargée de la communication pour le PNUD Kazakhstan.

Le PNUD en action
Oeuvrer pour un progrès global

Présent dans 177 pays et territoires, le PNUD appuie des activités visant à relever le niveau de vie et à créer des opportunités. Notre Rapport annuel 2012-2013 présente toute la gamme de nos partenariats et illustre notre rôle de leader en matière de coordination et de responsabilisation au sein du système des Nations Unies.

Voir tous les rapports annuels