Ouzbékistan : fortifier les communautés en répondant aux besoins régionaux

Une femme vient chercher de l'eau potable au robinet installé à l'extérieur de sa maison
Des familles de l'Ouzbékistan ont maintenant un accès direct à l'eau potable. Photo: PNUD en Ouzbékistan

Le gouvernement ouzbek accorde un rôle de plus en plus important aux autorités locales et aux communautés dans la fourniture de services essentiels, et encourage celles-ci à puiser dans les ressources locales pour leur financement.

Depuis 2005, le programme d'Amélioration des niveaux de vie (ELS) aide à réunir les communautés pour examiner les défis communs et prendre des mesures pratiques pour améliorer les conditions de vie. Financé par l'Union Européenne et mis en œuvre par le PNUD, ce programme couvre les régions d'Andijan, Fergana et Namangan, où vivent près de huit millions de personnes : presque un tiers de la population ouzbek.

Plans de développement de communauté

Ce programme a encouragé la conception et l'implémentation de plans de développement de communauté qui aident les communautés locales à établir des priorités quant à leurs besoins et problèmes, et à mettre en œuvre des projets à petite échelle grâce à une aide financière des autorités locales. Avec le soutien du PNUD, les autorités locales et les communautés (aussi appelées mahallas) ont préparé plus de 200 plans de développement de communauté.

Ce processus participatif a fortifié les relations entre les administrations locales et les communautés.

« Nous avons appris à communiquer avec les autorités gouvernementales », a dit un porte-parole d'un groupe communautaire du district de Besharik de la région Fergana. « Nous aimons le fait que le programme nous a appris à collaborer avec les départements de services communaux. »

Les communautés locales sont maintenant armées de meilleures connaissances et ont suffisamment de confiance pour s'exprimer, parler de leurs espoirs et inquiétudes, et participer à des décisions qui les affectent personnellement. Elles contribuent également aux projets en fournissant de la main d'œuvre, des matériaux, et un financement. Depuis 2009, les autorités locales et les mahallas ont contribué aux projets d'infrastructure sociale à hauteur de 3 millions de dollars US, soit plus de 60 pour cent du financement total.

Répondre aux besoins de base

Les projets de développement de communauté ont entraîné des améliorations concrètes dans la vie des Ouzbeks. L e programme a aidé la mahalla Markazy d'Andijan à installer un nouveau puits artésien, dont profitent environ 8 000 habitants. Désormais, les foyers ont accès à une eau courante propre, qui, de plus, représente une option moins onéreuse que les vieux puits nécessitant une pompe électrique.

Les projets d'amélioration de la distribution d'eau ont aussi attiré des bénévoles et des contributions communautaires. Dans la communauté de Khujaarik dans la région d'Andijan, 3 000 personnes ont offert leurs services ainsi que des fonds pour aider au contrôle de la qualité de l'eau et signaler tout problème. Par conséquent, la fréquence de maladies liée à l'eau a chuté de 72 pour cent depuis juin 2010, d'après les établissements de santé primaire des districts cibles.

Les projets ELS ont profité à plus de 800 000 personnes en leur offrant un meilleur accès à l'eau potable et à l'eau destinée à l'irrigation, ainsi qu'un meilleur accès à l'assainissement, à l'électricité et au gaz naturel. En 2011, dans les régions où le PNUD collabore avec gouvernements locaux et mahallas, l'accès à l'eau a augmenté de 55 pour cent, l'accès aux services de santé de 6 pour cent, et l'accès au gaz de 21 pour cent.