Portraits de fonctionnaires : Fides Borja

16 mars 2015

  Fides Borja Fides et ses collègues au Centre d'Opérations de la défense civile aux Philippines.

Qui êtes-vous ?
Je m’appelle Fides Barbara B. Borja, du PNUD aux Philippines. Quand j’étais petite, mes parents m’ont appris la valeur du travail bien fait. J’ai toujours rêvé de travailler pour une organisation internationale comme le PNUD, d’apporter ma contribution et de faire une différence.

En quoi consiste votre travail ?
J’aide le gouvernement philippin à préparer les conférences de haut niveau régionales ou internationales, notamment la 3e Conférence sur la réduction des risques de catastrophe et la Coopération économique Asie-Pacifique 2015.

Je fournis également une assistance technique pour la révision de la loi, du cadre et du plan 2010 sur la gestion et la réduction des risques de catastrophe aux Philippines. C’est une tâche passionnante, car elle inclut la coordination inter-agences ainsi qu’un examen des règlements et publications existants. J’apprends comment les théories et principes concernant la réduction des risques de catastrophe s’appliquent sur le terrain.

Depuis combien de temps travaillez-vous pour le PNUD ?  Que faisiez-vous avant ?
Je travaille pour le PNUD depuis mai 2014.

J’ai été fonctionnaire pendant sept ans, tant dans les branches législative qu’exécutive de l’administration. J’ai été impliquée dans la rédaction du plan de relèvement et de réhabilitation du typhon Pablo.

Quel type de tâche vous confie-t-on le plus souvent ?
J’aide à préparer les discours et les matériaux de présentation pour les principales interventions de l’administrateur de la défense civile. En ce moment, je travaille sur la documentation concernant le typhon Ruby afin d’en tirer les leçons apprises et les meilleures pratiques du gouvernement philippin.

Quels sont les résultats auxquels vos activités ont contribué?
Lorsque le typhon Ruby s’est abattu sur le pays, il y a eu une évacuation préventive pour un total de 716 639 habitants.

J’ai aidé le Bureau de la défense civile à disséminer et gérer l’information relative au typhon dans les médias sociaux et sur d’autres plates-formes, notamment les numéros verts du Groupe d’urgence qui fournissent des informations en temps réel sur la situation et les besoins des populations touchées. Ces échanges ont permis de sauver des milliers de vies et de réduire de façon substantielle le nombre de victimes ainsi que l’ampleur des dégâts après le passage du typhon.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus, dans votre travail avec le PNUD ?
-  L’interaction directe avec les bénéficiaires, les agences gouvernementales, les parties prenantes et d’autres organisations internationales
-  L’excitation, le défi et la poussée d’adrénaline quand on est en pleine action
-  Être capable d’apporter ma contribution à l’institution et à la population.

Quels sont les défis quand on travaille et qu’on vit à ce poste ?
Le plus difficile, c’est d’être une femme qui travaille dans un milieu essentiellement masculin dans un pays aussi exposé aux catastrophes que les Philippines.

Qu’est-ce que vous préférez, dans cette mission ?
Chaque jour est passionnant, car on me confie des tâches qui vont de la rédaction de discours ou l’examen de politiques existantes à la coordination de diverses agences gouvernementales et parties prenantes.

Trois choses que vous souhaiteriez et qui vous permettraient d’obtenir de meilleurs résultats au travail ?
- Formations, ateliers et visites de terrain à l’étranger pour apprendre les meilleures pratiques en matière de gestion et de réduction des risques de catastrophe et les appliquer aux Philippines.
-  Mobilité pour faire connaître, tester et partager ce que j’ai appris ici et vice-versa.
-  Prendre des cours supplémentaires sur la gestion internationale des catastrophes et les politiques publiques.

PNUD Dans le monde

Vous êtes à PNUD Singapour centre de Politiques Globaux
Aller à PNUD Global

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe