Ouvrir la voie au programme de développement pour l’après 2015

11 mars 2015

 Photo : PNUD Pérou

Le Sommet spécial sur le développement durable, qui se tiendra en septembre et rassemblera les dirigeants du monde, approche à grands pas. Il permettra à ces chefs d’État de débattre des 17 objectifs et des 169 cibles proposés par le Groupe de travail ouvert de l’Assemblée générale de l’ONU. 

Le programme de développement pour l’après 2015 encouragera surtout le renforcement de méthodes de réduction de la pauvreté et de la marginalisation qui soient viables sur le plan économique, social et environnemental. 

Le Fonds pour la réalisation des objectifs pour le développement durable, établi par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) avec l’aide d’une contribution initiale du Gouvernement espagnol, a été conçu pour faciliter la transition de la phase de réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement vers la phase de réalisation des objectifs de développement durables.

Ce programme commun vise à renforcer l’impact de l’assistance technique sur le développement en regroupant les contributions des diverses agences onusiennes. Chacune d’entre elles fournit une prestation adaptée à son savoir-faire spécifique et invite ses partenaires nationaux à rejoindre cette initiative.

A titre d’exemple, nous mettons actuellement en œuvre des programmes communs dans 18 pays visant à faire face aux défis liés à la croissance économique inclusive pour éliminer la pauvreté, instaurer la sécurité alimentaire, une meilleure nutrition, ainsi que l’accès à l’eau et à des installations sanitaires.

La majeure partie de notre budget est investie dans le développement durable sur le terrain et améliore directement la vie de plus d’un million de personnes en Amérique latine, dans les Caraïbes, en Asie, en Afrique et dans les Etats arabes. 

Les partenaires nationaux et internationaux fournissent environ 56 % de ces ressources sous la forme de fonds de contrepartie.

Chaque programme a été choisi par le biais d’une procédure de sélection, comprenant un examen mené par des experts et spécialistes indépendants. Nous veillons à ce que nos homologues locaux participent aux processus décisionnaires, de l’élaboration des programmes à la mise en œuvre et l’évaluation. Plus de 1 500 personnes ont participé directement à l’élaboration des divers programmes.

Forts d’une expérience solide en matière de développement et celle tirée des travaux de l’ancien Fonds pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement, nous nous employons continuellement  à chercher de meilleures solutions pour résoudre les difficultés qui se présentent. 

L’égalité des sexes, les partenariats établis entre les secteurs privé et public et la viabilité sont des priorités intersectorielles dans tous les domaines de notre activité.

Par exemple, sur le terrain, nous mettons en œuvre des programmes visant à réduire la faim et la sous-nutrition des enfants ainsi que des projets qui promeuvent des moyens d’existence viables et résilients au sein de foyers vulnérables, notamment dans le contexte de l’adaptation aux changements climatiques.

Au Pérou, nous contribuons à la création d’une filière intégrée pour  la production du quinoa et d’autres céréales des Andes afin que l’augmentation de la demande internationale puisse se traduire en améliorations économiques et sociales sur le terrain.

Nous appuyons en outre les activités des programmes qui promeuvent l’intégration des femmes sur le marché du travail, indispensable à un développement équitable, inclusif et viable.  

Nous nous réjouissons d’apporter une contribution importante au cours des prochaines années et espérons répondre aux besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe