Des partenariats public/privé innovants pour l'après 2015

13 févr. 2015

 LE KAZAKHSTAN Produit 343 000 TONNES de déchets élctroniques par an. Le pays a fait d'importants progrès grâce à un partenariat public/privé.

Dans un monde où les connexions entre pays sont plus nombreuses et plus rapides que jamais, des catastrophes qui n’avaient jadis qu’un impact local ont à présent des ramifications internationales. Ainsi, les conséquences du tsunami au Japon et de l’accident nucléaire de Fukushima ont, certes, eu un effet dévastateur à l'échelle locale, mais elles ont aussi eu un impact sur des communautés et des économies à des milliers de kilomètres de là. Dans un monde interconnecté, où c’est l’ensemble de la société qui est touchée, une approche globale est nécessaire.

Même s’il pose problème, ce monde de plus en plus connecté offre aussi des opportunités sans précédent pour la réduction des risques. Des nations qui jadis étaient extrêmement désavantagées en termes de compétences et de connaissances ont à présent des ressources internationales à leur disposition. Et il est possible de faire appel à l’expertise du secteur privé, qui opère dans un environnement encore plus connecté que les États.

C’est pourquoi, alors que nous entamons une période de transition vers l’après 2015, nous nous sommes fixés pour objectif d’apprendre à tirer parti de telles possibilités et à miser sur des partenariats innovants qui exploitent des atouts spécifiques et comblent des lacunes manifestes.

Le programme Get Airports Ready for Disasters (Préparer les aéroports à l’éventualité de catastrophes ou GARD, selon son acronyme anglais), un projet commun du PNUD et de Deutsche Post DHL, est un bon exemple d’innovation. Tout en tirant parti des connaissances et compétences locales, il aide les pays ciblés à renforcer les capacités aéroportuaires afin de mieux gérer d’éventuelles catastrophes. Qu’il s’agisse de supprimer les longs délais d’attente pour l’obtention de visas pour les travailleurs humanitaires ou de stocker des aliments et des médicaments à des températures contrôlées, ce partenariat comble des lacunes criantes dans la chaîne de fourniture des secours. Du coup, la préparation aux catastrophes s’en trouve améliorée, car elle incorpore à la fois expertise publique et expertise privée.

Les avantages sont nombreux : le pays en question renforce ses capacités et met en place des systèmes qui peuvent aider à atténuer l’impact d’une catastrophe. Nous faisons bon usage de notre expertise et les partenaires du secteur privé ont l’occasion de contribuer au bien social général tout en renforçant leurs relations avec des entreprises et des partenaires  locaux.

Les partenariats tels que GARD sont malheureusement assez rares, que ce soit à cause de la bureaucratie onusienne, des hésitations gouvernementales ou des partenaires du secteur privé qui n’y voient aucun avantage.

Cependant, certains signes sont encourageants. En Indonésie, en Ouzbékistan et en ex-République yougoslave de Macédoine, nous avons signé des contrats avec des entreprises privées et des universités pour développer des applications pour téléphone mobile qui envoient des instructions aux populations en cas de catastrophe. Dans d’autres régions, nous explorons des partenariats pour améliorer les systèmes d’alerte précoce et renforcer la collecte de données.

Alors que nous nous apprêtons à élaborer un successeur au cadre d’action de Hyogo, nous ferions bien d’examiner les programmes comme celui-ci, qui montrent la voie à suivre pour une réduction globale des risques de catastrophes. Car elles nous affectent tous, tant que nous sommes, ce nous devons donc tous nous y préparer.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe