Comment financer le programme de développement pour l’après-2015 ?

19 déc. 2014

                                                   @ Benoit Almeras-Martino / PNUD en RD Congo

Les Objectifs de développement durable (ODD) sont bien plus ambitieux que les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), qui les ont précédés. Outre les défis liés aux OMD tels que l’éradication de la pauvreté, ce nouveau cadre stratégique englobe des problématiques telles que le changement climatique, la paix et la sécurité. Dans cette perspective, nous aurons besoin de beaucoup plus de financements, qu'ils soient publics ou privés, nationaux ou internationaux.

La source de ces financements reste néanmoins à définir. La plupart des pays reconnaissent la nécessité de mobiliser davantage de ressources nationales, et des progrès considérables ont été accomplis à ce niveau au cours des dix dernières années. Bon nombre d’entre eux soulignent toutefois que l'aide publique au développement (APD) continuera de jouer un rôle important pour l’après-2015. Les donateurs devront par conséquent honorer leurs engagements.

Helen Clark, l’Administrateur du PNUD, a mis en exergue les 3 points suivants dans son discours à l’occasion de la première session de préparation de la conférence des Nations Unies sur le financement du développement qui aura lieu à Addis-Abeba en juillet 2015:

1) L’APD et les financements publics internationaux demeureront indispensables après 2015. Il est clair cependant que les coopérations internationales allant au-delà du développement à proprement parler et qui portent sur l’adaptation au changement climatique, la protection de l’environnement, la lutte et la recherche contre les maladies transmissibles, la science et les nouvelles technologies nécessitent aussi des financements. Nous devons réfléchir au financement de ces secteurs par rapport à l’APD traditionnelle.

2) Une grande partie des financements du programme de développement pour l'après-2015 proviendront du secteur privé. Des mesures volontaires et la responsabilité sociale des entreprises jouent certes un rôle important, mais il faudra également réfléchir aux changements nécessaires en matière de réglementation pour que les investissements privés bénéficient réellement au développement durable. Les entreprises pourraient accroître par exemple leurs efforts en matière de rapports sur l’impact environnemental et social de leurs activités.

3) Les chocs (crises économiques, catastrophes naturelles, conflits ou épidémies) se multiplient, engendrant des milliards de dollars de pertes. Investir davantage dans l'édification de sociétés plus pacifiques, l’adaptation au changement climatique et l’atténuation de ses effets peut s’avérer, à ce titre, une stratégie très payante.

Il reste à bien des égards un long et difficile chemin à parcourir. Des consensus devront notamment être obtenus sur des sujets sensibles, comme la réforme des subventions aux combustibles fossiles. Les États membres sont cependant conscients de l’enjeu, et le PNUD ainsi que ses partenaires œuvrent main dans la main pour que la conférence d'Addis-Abeba débouche sur des avancées positives.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe