Un monde sans pauvreté est-il possible ? | Magdy Martínez-Solimán

12 déc. 2014

Garçon à vélo en RD Congo Photo : Benoit Almeras / PNUD en RD Congo

Nous savons tous que l’Objectif du Millénaire pour le développement visant à diminuer de moitié la proportion de ceux qui vivent avec moins de 1,25 dollar par jour a été atteint cinq ans avant la date boutoir de 2015.

Mais quel contraste entre la Chine, le Brésil, l’Inde, le Mexique et certaines nations africaines à la prospérité croissante et le reste de l’Asie du Sud et de l’Afrique subsaharienne, dont près de la moitié de la population reste extrêmement pauvre !

Pourquoi près d’un milliard d’individus sont-ils restés à l’écart du processus ? Les raisons en sont multiples, mais deux d’entre elles réclament notre plus grande attention : l’exclusion et la vulnérabilité aux chocs.

Les gens restent pauvres ou retombent dans la pauvreté à cause de conflits, de catastrophes naturelles ou de tout autre choc que les ménages et les communautés sont incapables de surmonter.

Si nous n’intervenons pas, l’actuelle épidémie d’Ebola effacera les acquis de la paix et du développement pour une génération au moins. Nous pouvons y ajouter les nouveaux pauvres de l’Europe après la crise économique, ou le problème des personnes déplacées par les conflits. Leur nombre, tant pour les déplacés internes que pour les réfugiés ayant fui leur pays, a triplé depuis 2010.

Ce que nous entendons par « un monde sans pauvreté » va bien au-delà de la seule notion de pauvreté de revenu. Les gens ont besoin d’un emploi décent, d’un accès accru à l’information et aux savoirs, de meilleurs services de santé publique, de sécurité face à la criminalité et la violence physique, de libertés politiques et culturelles et de la possibilité de participer à des activités communautaires. Les femmes ont besoin d’être traitées en égales, les minorités avec respect. La planète doit être protégée et le monde entier réclame la paix.

Voilà le message qui s’est fait clairement entendre lors de la conversation mondiale sur le calendrier du développement pour l’après-2015.

Pour arriver à un monde sans pauvreté, où les aspirations en matière de développement ne restent pas vaines, il faut agir sur trois fronts :

- Renforcer la résilience avec un développement conscient des risques
- S’attaquer aux inégalités et favoriser l’inclusion
- Garantir la durabilité et une croissance riche en emplois

Chaque pays devra élaborer ses propres outils de réduction de la pauvreté et définir les investissements et interventions les plus appropriés en fonction de son niveau de développement, de ses dotations et de ses aspirations.

Il leur faudra aussi envisager comment les finances publiques internationales peuvent aider à mobiliser des ressources privées.

Enfin, un cadre de responsabilisation est nécessaire pour impliquer les citoyens et la société civile. Tel était l’esprit des dialogues de Rio, puis de l’enquête My World qui a enregistré sept millions de voix. Il est possible à présent de remodeler ces processus pour aider le monde à respecter les engagements qu’il prendra lors de l’adoption des Objectifs du développement durable.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe