Trouver des solutions durables pour les zones urbaines en Haïti

31 oct. 2014

    Le gouvernement haïtien et les habitants ont produit des efforts extraordinaires pour se remettre du tremblement de terre. ©PNUD Haïti

Pour ceux qui sont arrivés en Haïti au lendemain du tremblement de terre de 2010, les images de la capitale en ruines sont de celles qui ne s’oublient pas. Je m’en souviens parfaitement : au moins 200 000 personnes sont décédées et plus d’un million ont été déplacées, des milliers d’immeubles se sont effondrés, il y avait des maisons détruites partout, plus aucune activité économique, plus aucun service de base, les tentes et les campements se multipliaient partout où les décombres avaient pu être dégagés. 

Le tremblement de terre a eu lieu dans un contexte très précis et a été aggravé par des conditions préexistantes : le manque de logements convenables, les questions de propriété foncière et l’exode rural. 

Malheureusement, il n’y a pas de réponses faciles à la question de l’urbanisation durable des villes. Des mesures ponctuelles consistant à fermer les camps de personnes déplacées peuvent s’avérer efficaces, mais les familles affectées ont besoin de solutions durables. Pour faciliter le retour de personnes déplacées, il faut s’attacher à fournir des logements abordables, des services de base et des activités génératrices de revenus. 

Le gouvernement haïtien et les habitants, hommes et femmes, ont produit des efforts extraordinaires pour se remettre de cette expérience traumatisante. Sur les 1,5 millions de personnes déplacées après le tremblement de terre, il n’en reste plus que 80 000. Le produit intérieur brut (PIB) du pays est passé de 1 548 à 1 602 dollars par habitant entre 2009 et 2012 selon le rapport national sur les OMD. La mortalité infantile (OMD 4) a diminué de 44 pour cent depuis 1990, soit plus rapidement que la moyenne mondiale. En outre, près de 65 pour cent des ménages ont aujourd’hui un accès à l’eau amélioré ; ils n’étaient que 36,5 pour cent en 1995. 

Mais le chemin à parcourir est encore long, aussi bien dans les villes qu’en milieu rural. La marche à suivre — en termes de solutions durables pour les personnes déplacées en zones urbaines — est d’envisager l’élaboration et la mise en œuvre de politiques d’urbanisme. Cela signifie créer des cartes des zones à risque, investir dans des mesures visant à réduire les risques de catastrophe, produire des plans de développement et des infrastructures à l’échelle locale. La création d’emplois est également cruciale, étant donné que 57 pour cent des jeunes qui vivent dans les zones métropolitaines d’Haïti sont au chômage. 

Nous pensons que c’est faisable, en travaillant main dans la main avec le Gouvernement haïtien, sa population, et avec l’appui de partenaires du développement essentiels tels que le Fonds pour la reconstruction d’Haïti, le Canada, l'Agence américaine pour le développement international (USAID), l’Union européenne, la Corée et d’autres. En 2011, le Gouvernement a lancé le projet 16 quartiers/6 camps suggéré par l’ONU, qui vise notamment à fermer les camps et à proposer des solutions durables de retour à un logement décent, à améliorer les services de base, l’emploi et les infrastructures dans les 16 quartiers d’origine des personnes déplacées. Cette solution intégrée a permis d’éviter les mesures à court terme et d’apporter des solutions durables sur le long terme.

PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bélarus Bélize Bénin Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République démocratique du) Congo (République du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Côte d'Ivoire Croatie Cuba

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Géorgie Ghana Guatemala Guinée Guinée-Bissau Guinée équatoriale Guyane

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libéria Libye L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Népal Nicaragua Niger Nigéria

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Pérou Philippines Programme palestinien

R

République dominicaine Russie (Fédération de) Rwanda

S

Samoa São Tomé-et-Principe Sénégal Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe