• OMD : les petits États insulaires en développement s’impatientent | Gonzalo Pizarro

    26 août 2014

    La République dominicaine s'employe à atténuer les risques de catastrophes. Photo: R. D. Emiliano Larizza pour le PNUD

    Les petits États insulaires en développement (PEID) continuent de faire face à des défis majeurs pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) : croissance lente, chômage élevé, population vieillissante, fuite des cerveaux, dettes élevées, capacités de transport limitées et exposition extrême aux effets des changements climatiques.

    Prenons l’exemple de Saint Martin, une petite île dans les Antilles néerlandaises, qui reçoit chaque semaine plus de touristes débarquant de bateaux de croisière qu’elle n’a d’habitants.

    Saint Martin dépend beaucoup du tourisme pour la sauvegarde et la protection de son environnement naturel. L’industrie touristique, principalement centrée sur la plongée de récifs et la pêche, représente 80 % du PIB de l’île.  

    L’attention du monde en développement est actuellement tournée vers le programme pour l’après-2015 et la proposition en faveur des nouveaux objectifs mondiaux, les Objectifs de développement durables (ODD), qui seront présentés en septembre à l’Assemblée Générale de l’ONU.  Ce nouvel ordre du jour repose sur la conviction que le développement ne peut se réaliser que si les dimensions sociales, économiques et environnementales sont prises en compte.

    Mais pour Saint Martin, le développement durable ne peut pas attendre les négociations de l’ONU.  Les initiatives relatives à la réduction de la pauvreté et à la viabilité environnementale ne progressent pas comme espéré: il faut des mesures immédiates. Le gouvernement a donc décidé d’adopter une approche à deux volets :

    - identifier des changements structurels nécessaires à long terme par le biais de la Stratégie de développement national 

    - accélérer la réalisation du développement durable en mettant l’accent sur le développement communautaire, même s’il n’existe pas d’objectifs, de cibles ou d’indicateurs internationaux clairs qui pourraient servir de points de référence.

    Le gouvernement a demandé au PNUD d’appuyer ce processus et d’appliquer le Cadre d’accélération des OMD, qui a été adapté aux cibles et indicateurs locaux.

    L’expérience de Saint Martin donne des aperçus intéressants quant à l’implication d’une « localisation des ODD » ainsi que la valeur ajoutée apportée par le système des Nations Unies pour appuyer ces processus et les moyens de mise en œuvre.

    Pour Saint Martin, ainsi que pour de nombreux Petits États insulaires en développement, la réalisation du développement durable ne peut pas attendre les décisions relatives aux objectifs mondiaux. Le reste du monde en développement y prêtera-t-il attention ?


A propos de l'auteur
thumbnail

Gonzalo Pizarro est conseiller régional politique chargé des questions de pauvreté, des OMD et du développement humain au Centre régional du service pour l’Amérique latine et les Caraïbes.


Suivez-le sur Twitter: @gonchi_tuma