PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Tenir les promesses de Pékin, 20 ans après

21 juil. 2014

 ONU Femmes lance la campagne 'Beijing +20' pour encourager le dialogue et la prise d'action en faveur de l'émancipation et de la défense des droits des femmes. ©ONU Femmes/Ryan Brown

20 ans après la Quatrième conférence mondiale sur les femmes à Pékin, ONU Femmes lance une nouvelle campagne qui, sur une période de 12 mois, vise à commémorer cet anniversaire et la naissance du slogan « les droits des femmes sont des droits humains. »

En 1995, encore étudiante, j’ai eu la chance de participer au forum des ONG dans le cadre de cette conférence historique, en tant que membre bénévole de l’Organisation des femmes pour l’environnement et le développement. L’engagement et le travail infatigable de tant de femmes dans le monde ont donné naissance, à l’issue de la conférence, à la Déclaration et au Programme d'action de Pékin. Composés de 12 axes principaux définis par une majorité de femmes, ils constituent la déclaration des droits de la femme la plus complète à ce jour. 

Ajourd'hui, que ce soit dans le domaine de la santé, de l’éducation, des droits ou du travail, beaucoup de choses ont changé pour les femmes et les jeunes filles. Mais les célébrations de Pékin dissimulent cependant quelques promesses déçues. 

• Les parlements ne comptent toujours qu’1 femme pour 4 hommes parmi leurs représentants. 

• 35 pour cent des femmes à travers le monde ont été victimes de violences physiques ou sexuelles. 

• Trente millions de jeunes filles risquent d’être victimes de mutilation génitale dans la décennie à venir. 

• Les femmes représentent plus de la moitié de la population mondiale vivant avec le VIH/sida. 

• Les conflits visent de plus en plus les civils et se servent des femmes et des jeunes filles comme instruments de guerre.

Lors du lancement de la campagne, les intervenants ont attiré l’attention sur le nombre de crimes violents commis envers les femmes. À Delhi, à Steubenville, au sein de l’armée américaine, dans l’Est du Congo, au Nigeria, au Pakistan, en Irak ou encore en Syrie, ces histoires ont fait le tour du monde. Vingt ans après Pékin, c’est un triste constat qui en dit long sur notre société, notre justice et nos comportements. Les femmes sont toujours victimes de violence sous toutes ses formes, et souvent lorsqu’elles décident de prendre la parole et de défendre leurs droits. 

Selon Phumzile Mlambo Ngucka, Directrice exécutive d’ONU Femmes, cet anniversaire est l’occasion de « placer l’égalité des sexes, le droit et l’autonomisation des femmes au centre des priorités de l’agenda post-2015 et de véritablement changer les choses. »

Il est temps de prendre la parole, de passer concrètement à l’acte et de donner une nouvelle jeunesse au projet de Pékin. Il est aussi grand temps de donner un rôle aux hommes dans la lutte pour l’autonomisation et le droit des femmes.