• Mesurer le progrès humain au 21ème siècle

    17 juin 2014

    Les travailleurs de la décharge Santo Nino à Tacloban, aux Philippines, six mois après le passage du typhon Haiyan. ©Lesley WRIGHT/PNUD PHILIPPINES

    De tous les instruments statistiques, le Produit intérieur brut (PIB) est sans aucun doute celui qui a le plus influencé le monde moderne. L’année 2014 marque son 80ème anniversaire.

    Développé dans le but de mieux comprendre l’économie américaine pendant la Grande dépression, le PIB représente, comme tous les économistes le savent, la totalité de l’activité économique. Simon Kuznets, l’économiste Russo-américain à l’origine de sa création, a rappelé que « le bien-être d'une nation peut difficilement se mesurer par le niveau du revenu national » lors du congrès américain de 1934.

    Malgré sa mise en garde, de nombreux pays, y compris les États-Unis, ont depuis érigé la course à la croissance économique comme mot d’ordre de leur politique nationale.

    Quatre-vingt ans plus tard ans plus tard, des voix se lèvent contre l’ordre établi et exigent de meilleures méthodes pour redéfinir l’idée-même du progrès et les décisions politiques qui en découlent. Ces voix, toujours plus nombreuses et influentes, affirment que les mesures actuelles affectent nos comportements et que notre approche doit se baser avant tout sur le quotidien des personnes, en considérant la croissance économique plus comme un moyen qu’une fin en soi. Le PNUD, à travers la publication et la promotion de rapports nationaux sur le développement humain et l’index de développement humain, est fier d’avoir joué un rôle central dans ce dialogue international. Désormais, avec notre contribution, croissance et développement ne sont plus systématiquement assimilés et la croissance n’est plus considérée comme la condition sine qua non du développement. Comme le Rapport sur le développement humain de 2010 le montre, le chemin n’est pas tout tracé, et les améliorations dans les domaines de la santé et de l’éducation ne sont pas toujours le résultat de la croissance économique.

    Aider les gens à agir sur les facteurs déterminants de leurs vies, c’est l’un des fondements de la philosophie du développement humain. Quelques 800 rapports en font la promotion, avec comme idée directrice que les citoyens sont les mieux placés pour savoir ce qui leur importe. J’espère que ce blog jouera également son rôle et qu’il donnera l’occasion à d’autres de s’exprimer sur une thématique plus que jamais d’actualité.

    Une version complète de ce blog a précédemment été publiée sur hdr.undp.org


À propos de l'auteur
thumbnail

Khalid Malik est Directeur du Bureau du rapport sur le développement humain, au Programme des Nations Unies pour le développement.


Sur Twitter @UNDPKhalidMalik