PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Comment mieux former les jeunes ?

24 mars 2014

Childs in Zimbabue Le rapport sur le développement humain du Panama identifie des compétences clés « socio-émotionnelles » qui doivent être renforcés par les parents et les familles. ©PNUD Panama

Le dernier rapport sur ​​le développement humain du Panama traite de la petite enfance, de la jeunesse et du renforcement des capacités. Il aborde donc des questions difficiles, telles que la formation, la famille, l'éducation et les perspectives professionnelles des jeunes.

Bien que fondamentale, la formation constitue un problème à court terme. Beaucoup d’employeurs avouent préférer recruter des personnes créatives et faisant preuve d’initiative, car il s’agit d’atouts plus rares à trouver.

Nous devons donc bien développer les compétences de base. Le rapport identifie également un certain nombre de compétences clés « socio-émotionnelles » qui ne sont pas prisées par le système éducatif ou dans d’autres espaces sociaux.

Le rôle de la famille est également mis en exergue non pas en raison de sa structure ou de son idéal, mais en raison des fonctions qu’elle remplit en matière d'élargissement des choix susceptibles de s’offrir aux enfants.

Les jeunes qui ont fait des  études poussées et qui aspirent à un autre type d'économie et de société, ont une autre conception du développement. La question n'est donc pas de savoir comment ils peuvent s’adapter, mais plutôt comment leurs aspirations et leurs idées peuvent enrichir notre monde.

Beaucoup d’entre eux (les « ninis ») ne sont pas pris en compte parce que travail à domicile est considéré comme « non-productif » et que le travail flexible relève de l’informel.

Les jeunes aspirent à différents parcours en matière d’éducation, de travail et de loisirs. Or ceux-ci ne sont pas pris en compte par le système éducatif et le marché de l'emploi. Il nous faut une offre qui rende possible différents parcours afin de permettre le développement des talents.

Rappelons-nous que le développement doit avant tout être axé sur les individus, apréhendés dans toute leur diversité. Il s'agit d'un processus de longue haleine qui doit prendre en compte les aspirations et les idées des jeunes, et qui exige des politiques flexibles proposant des trajectoires de vie toutes aussi réussies les unes que les autres.