PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Un effort conjoint : réflexions sur la faisabilité politique de la réduction des inégalités

31 janv. 2014

Somali woman drawing water  En Somalie, une femme récolte l'eau d'une marre creusée grâce à un programme de soutien du PNUD aux communautés affectées par la sécheresse. ©PNUD Somalie

Les inégalités occupent désormais une place prépondérante dans de nombreuses discussions sur le développement en général, et le programme de développement pour l’après 2015. 

Cela n’est pas surprenant. 

Le dénuement au coeur de l’abondance demeure la réalité quotidienne de centaines de millions de ménages dans le monde. Dans le même temps, une myriade de facteurs économiques, sociaux et culturels perpétuent les désavantages dont souffrent les groupes victimes de discriminations – les femmes, les personnes handicapées, les minorités ethniques et les personnes vivant dans les communautés rurales, pour n’en citer que quelques-uns.

Malgré des progrès économiques impressionnants, l’humanité demeure profondément divisée.   

Pour faire avancer le débat sur les causes et effets des inégalités ainsi que les manières de réduire ces inégalités, le Bureau des bonnes pratiques en matière de réduction de la pauvreté du PNUD a présenté un rapport portant sur certaines de ces questions. Parmi elles figure la question de la faisabilité politique de la réduction des inégalités, sur laquelle je vais faire porter cet exposé. 

Une enquête mondiale ciblant les 375 décideurs politiques de 15 pays réalisée dans le cadre du rapport montre que les décideurs du monde entier considèrent la réduction des inégalités comme une priorité politique essentielle. Toutefois, des intérêts profondément ancrés font que la capacité des décideurs politiques à lutter contre les inégalités, même lorsque celles-ci sont très importantes, est considérablement entravée.  

Cela ne signifie pas qu’il est impossible de prendre des mesures fermes pour réduire les inégalités. C’est possible et cela s’est déjà produit à de nombreuses occasions. La question clef est comment peut-on créer un espace politique.  

Le rapport récent du PNUD intitulé «  L’Humanité divisée : Lutter contre les inégalités dans les pays en développement  » tente de répondre à cette question. Le secteur privé doit faire sienne l’idée que la croissance inclusive est propice aux affaires. Les acteurs politiques peuvent et doivent s’entendre sur la nature des interventions permettant de s’attaquer aux inégalités les plus criantes. Les médias peuvent également jouer un rôle important en promouvant un dialogue honnête et éclairé sur les causes et effets des inégalités. Il est en outre très important de créer des espaces d’engagement civique afin que les voix de ceux qui exigent une plus grande égalité puissent être entendues.  

L’édification d’une société inclusive sert des intérêts communs, et nous avons tous à y gagner. Nous devons veiller à ce que cela devienne un effort conjoint. 

Donnez-nous votre avis : dans votre communauté, comment encourager le dialogue sur les inégalités?