PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Afrique : une intégration à visage humain

29 oct. 2013

farmer uganda Un fermier, en Ouganda. ©NEIL PALMER/CIAT

L’intégration régionale est cruciale pour le développement de l’Afrique.

Les projections et modèles sur ce sujet ne manquent pas. Par exemple, un investissement de 32 milliards de dollars américains dans l’infrastructure routière pourrait accroître la valeur du commerce intra-Africain de 250 milliards de dollars sur une période de 15 ans.

Il reste à répondre à la question suivante : que peut faire l’intégration pour les populations en Afrique ? Ce thème est primordial au moment où les pays cherchent à passer de la croissance économique à une véritable amélioration des conditions de vie.

Premièrement, l’intégration régionale peut contribuer à la création d’emplois de qualité. A cet effet, les pays d’Afrique doivent travailler ensemble pour introduire des politiques visant à renforcer la formation professionnelle, la mobilité du travail et l’accès aux financements.

Deuxièmement, les services sociaux de base et les filets de protection peuvent réduire les risques et vulnérabilités. L’intégration doit être accompagnée de mesures destinées à renforcer la santé, la nutrition, l’éducation et la formation professionnelle. A terme, celles-ci ont pour effet de renforcer la productivité de la main d’œuvre.

Troisièmement, l’intégration peut habiliter les populations en leur permettant d’aller trouver un emploi dans les pays voisins. Les Etats cherchant à attirer et à conserver cette main d’œuvre, ils ont intérêt à promouvoir la stabilité et à prévenir les conflits, à protéger les droits, la santé et la sécurité des personnes, tout en les impliquant dans les prises de décisions.

Enfin, les ressources naturelles sont essentielles à la croissance, à la diversification économique et à la survie des communautés. C’est pourquoi les nations d’Afrique devraient chercher à établir de meilleurs mécanismes pour gérer les ressources environnementales transfrontalières, démarche qui doit être au cœur de leurs efforts en matière de développement durable.

L’intégration de l’Afrique, appuyée par des politiques économiques conjointes, peut avoir un véritable impact sur le développement humain dans toutes les sous-régions du continent. Mais ses implications se feront particulièrement sentir dans les pays les moins avancés ou enclavés, où l’accès aux marchés et voies commerciales est encore limité.

Ainsi, le développement humain consistant à élargir les choix de vie des femmes, des hommes et des enfants, l’intégration régionale doit pouvoir donner un nouvel élan aux efforts visant à améliorer les conditions de vie des Africains et des Africaines.

Le plus gros défi est d’accélérer la mise en application de cet agenda. Parmi les obstacles qui s’y opposent, il doit s’agir d’harmoniser les normes et règlements en matière de commerce, le droit des affaires et les politiques de développement tout en renforçant les capacités ainsi que le leadership et la volonté politique des décideurs.

Parlez-nous : Pouvez-vous citer des exemples d'intégration régionale réussie dans votre pays?