• La gouvernance légitime passe par l’intégrité du processus électoral

    25 oct. 2013

    woman in Pakistan conducts polling training
    Zameer Akhtar forme le personnel de vote dans le cadre d'un programme visant à améliorer la crédibilité et la fiabilité des élections. ©Tehseen Oweis/PNUD Pakistan

    En 2002, le PNUD a publié le Rapport sur le développement humain intitulé « Approfondir la démocratie dans un monde fragmenté ». Le message central est le suivant : « l’efficacité de la gouvernance est la clé du développement humain et, pour trouver des solutions durables, il faut s’affranchir des visions étroites pour s’enraciner résolument dans la politique démocratique au sens le plus large ».

    Une démocratie viable permet à l’ensemble des citoyens de participer aux prises de décision et de demander des comptes à leurs dirigeants. Les élections démocratiques restent un des moyens les plus puissants et efficaces d’assurer cette redevabilité politique et constituent un élément central de notre approche en matière de développement humain.

    La Sixième conférence du Réseau mondial des organismes électoraux, à laquelle j’ai pris part récemment en Corée, a souligné l’importance de renforcer la démocratie par des processus électoraux durables, à travers une réflexion sur l’intégrité et le caractère inclusif de ceux-ci.

    L’intégrité est un facteur indispensable à la crédibilité du processus électoral et va bien au-delà de l'absence de manipulations et de fraudes. Elle englobe la volonté de concevoir et d’aligner le cadre juridique des élections ainsi que les règles et les pratiques électorales avec les engagements internationaux en matière de droits de l’homme. Elle inclut aussi un engagement à faire preuve de transparence, d’honnêteté et de professionnalisme.

    La Conférence s’est tenue à la suite d’une importante série de débats au siège de l’ONU à New York, au cours desquels les États membres ont réitéré l’importance d’élaborer un programme de développement pour l’après-2015 inclusif et axé sur les personnes, qui devra reposer sur les acquis en matière d’OMD, terminer le travail inachevé et prendre en charge les nouveaux défis. Les États membres ont également réaffirmé l’importance de promouvoir les droits de l’homme, la bonne gouvernance, l’État de droit, la transparence et la redevabilité à tous les niveaux. Les processus électoraux demeurent un élément clé pour honorer ces engagements.

    Une élection est à la fois un exercice sociétal et administratif. Les opportunités économiques, sociales et politiques sont intimement liées aux objectifs de développement démocratique et humain durable. Pour réaliser ces objectifs, nous devons impérativement réduire la pauvreté, combattre la corruption, garantir l’accès à la justice pour tous et assurer, dans un même élan, l’autonomisation économique et politique.

    Donnez-nous votre avis : comment mettre en place un processus inclusif et assurer la participation politique et électorale des femmes ?

     


À propos de l'auteur
Helen

Magdy Martinez-Soliman est Administrateur assistant du PNUD et Directeur intérimaire du Bureau des politiques de développement
.

Suivez-nous