• L'accès à la justice en temps de conflit, un impératif pour les femmes

    18 oct. 2013

    Des femmes soudanaises se réunissent lors d'un atelier sur la Résolution 1325 du Conseil de sécurité de l'ONU sur les femmes, la paix et la sécurité. (Photo : Soujoud Elgarrai/UNAMID)

    Lorsqu’un conflit ébranle la société et l'État de droit, les inégalités se multiplient et les femmes subissent la violence de plein fouet. Pourtant, loin d’être de simples victimes, elles jouent un rôle essentiel dans la consolidation d’une paix durable.
     
    Demain, le Conseil de sécurité de l’ONU réaffirmera le droit des femmes à demander justice et réparation pour des violences subies lors des conflits. Plus de dix ans après l’adoption de la résolution 1325 du Conseil de sécurité engageant les États membres à protéger les femmes et les filles par temps de conflit, le droit à la parole, le leadership, la participation, la sécurité physique et économique et l'accès à la justice demeurent des objectifs lointains pour les femmes. Si tout se passe bien, le Conseil de sécurité devrait approuver une nouvelle résolution dans ce sens.
     
    Les conflits armés s’accompagnent toujours de violences sexuelles et sexistes qui perdurent au-delà du retour à la paix. Combat ce fléau permet de scolariser les filles, d’éviter les mariages précoces et d’éliminer la traite des êtres humains. Cette semaine, la communauté internationale doit envoyer un signal fort indiquant que la justice pour les victimes et la responsabilité des auteurs d’actes de violence sont les fondements d’une paix durable.
     
    Par son travail d’appui à nos partenaires, le PNUD permet d’améliorer l’accès des femmes à la justice dans les pays en situation post-conflictuelle. En Sierra Leone, les tribunaux du samedi ont traité des dizaines de cas de violences sexuelles et sexistes l'année dernière, signalant ainsi la fin de l'impunité pour de telles pratiques. À la fin 2012, nos 16 unités de protection des femmes victimes de violence en Irak avaient été saisies de plus de 4 600 affaires.
     
    Ainsi, nous affirmons notre solidarité avec les victimes de violences, permettons aux femmes de prendre une part active à la défense des droits de l'homme et d’occuper la place qui leur revient au sein de sociétés pacifiées.

    Donnez-nous votre avis : comment améliorer l’accès à la justice et la sécurité des femmes en temps de conflit ?


À propos de l'auteur
thumbnail

Roma Bhattacharjea est conseillère sur le genre pour le Bureau de prévention des crises et relèvement du PNUD.

 

Suivez-nous