• Les femmes sont les meilleurs agents de la paix - si nous les laissons faire !

    20 sept. 2013

    Une femme gère un centre de refroidissement du lait en Inde. Un rôle accru des femmes dans l'entreprise contribue à promouvoir la paix et la stabilité à long terme. (Photo: Graham Crouch/PNUD)

    Ce 21 septembre 2013, la paix est sur toutes les lèvres. Mais, en parlant de paix, nous pensons souvent à des actes tels que déposer les armes, signer des traités et reconstruire des pays.

    En cette Journée internationale de la paix, nous devons aussi rappeler le rôle fondamental des femmes dans les pays en conflit. Non pas en tant que victimes impuissantes, mais comme des agents du changement qui investissent pour le bien de leur famille et de leur communauté et qui sont capables de bâtir des sociétés pacifiques et prospères.

    La communauté internationale peut améliorer l'accès des femmes à l'emploi, à la propriété, aux marchés et à de nouvelles compétences. Promouvoir l’indépendance financière des femmes, c'est contribuer à faire entendre leur voix et leur donner les moyens de se prononcer sur les décisions familiales et communautaires, y compris dans les coins les plus reculés et instables de la Terre.

    Améliorer l'accès des femmes à l'éducation, au capital, à l'emploi et aux marchés, c'est promouvoir une croissance équilibrée et inclusive. Chaque année, la région Asie-Pacifique perd 42 à 47 milliards de dollars en restreignant l'accès des femmes à l'emploi. Cette situation mine la cohésion sociale, la stabilité et la confiance dans les institutions, toutes indispensables à une paix durable.

    Par ailleurs, les femmes qui travaillent sont plus disposées que les hommes à dépenser leurs revenus pour nourrir, éduquer et soigner leur famille. Avec des enfants sains et mieux éduqués, les sociétés peuvent envisager de mettre fin aux cycles de pauvreté et de violence.

    Ces objectifs ne sont pas irréalisables. Le PNUD s'attache depuis longtemps à autonomiser les femmes pour leur permettre de prévenir activement les conflits, mais aussi de participer au processus de relèvement. En 2012, après des décennies de guerre civile au Burundi, nous avons aidé plus de 7000 personnes, dont 47 pour cent de femmes, à créer de petites entreprises avec leurs économies. Le projet a non seulement amélioré le revenu des ménages, mais aussi fait de la paix durable un enjeu économique.

    Partout dans le monde, Les femmes jouent déjà un rôle fondamental en termes de plaidoyer pour le changement. Il suffit de les soutenir et de reconnaître leur action.

    Dites-nous : Quel doit être l'appui de la communauté internationale aux femmes dans les situations de conflit ?