• Gardons un œil sur le Mali | Jean-Luc Stalon

    19 août 2013

    Un votant dépose son bulletin de vote dans l'urne
    Un Malien dépose son bulletin dans un bureau de vote lors des élection presidentielles. Photo: Ezequiel Scagnetti/EU EOM Mali

    Dimanche dernier, de nombreux Maliens se sont rendus aux urnes dans le calme pour le second tour des élections présidentielles.

    D’après certains observateurs, ce scrutin, aussi crédible que transparent, représente un évènement historique. Il met fin à 18 mois de conflit, ponctués par un coup d’état et une prise de pouvoir au Nord par les insurgés Touaregs et islamistes, suivi de l’intervention de l’armée française.

    Le peuple malien a énormément souffert pendant cette période de violence et d’incertitude.  Plus de 470 000 personnes ont été déplacées, alors que 1,4 millions de Maliens ont besoin d’une aide alimentaire immédiate. Dans le nord du pays, la présence du gouvernement est encore précaire.

    Avec la suspension de l’aide extérieure du pays, qui représente un tiers du budget national, et le retrait des investisseurs étrangers, l’économie du Mali est tombée l’an dernier à environ 5,6 pour cent de croissance négative, avec des conséquences catastrophiques pour les moyens de subsistance et les services sociaux de base.

    Ces élections symbolisent la profonde détermination du peuple malien à restaurer la paix, la stabilité, l’unité et le développement dans le pays. Le plan de stabilisation politique du Mali incarne ces aspirations. À travers la feuille de route, le pays s’est engagé à tenir des élections libres et à engager des réformes démocratiques et sociales en échange d’une relance de nouvelles aides extérieures.

    Le nouveau gouvernement fait face à des défis colossaux. Sa première tâche sera de consolider la paix et réconcilier les groupes, les mouvements et les communautés de tout le pays, d’assurer la protection des droits de l’homme, particulièrement dans le nord du pays où toute une administration a besoin d’être mise en place et où un vaste plan de développement est attendu.

    Dans un deuxième temps, le pays promet de tenir des élections législatives, de reformer les institutions démocratiques et militaires et de construire un secteur public transparent, responsable et efficace.

    Enfin, le Mali aura besoin de gérer la reprise de l’aide, en travaillant avec des partenaires nationaux et internationaux pour répondre aux besoins humanitaires immédiats, assurer un relèvement précoce, jeter les bases d’une paix durable et stable et remettre le pays sur la voie du développement, pour le bien de tout le peuple malien.

    Après avoir soutenu le Malien tout au long des élections, le PNUD et les Nations Unies  aideront le pays à tirer parti de cette étape essentielle pour offrir un avenir meilleur à sa population. Les élections ont été un franc succès. Maintenant il est temps pour les partenaires de redoubler d’efforts, en s’assurant que le scrutin ouvre la voie à la réalisation du potentiel de cette grande nation.


A propos de l'auteur
thumbnail

Jean-Luc Stalon est Directeur de pays adjoint du PNUD au Mali.

Le PNUD au Mali
Suivez-nous