PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Je vous défie de terminer ce paragraphe sur la paix…

29 juil. 2013

Enfants au Kenya avec des téléphones mobiles Au Kenya, le PNUD a lancé le crowdsourcing pour la prévention des conflits lors du référendum constitutionnel du pays en 2010. Un service de SMS sans frais a permis aux habitants de signaler les menaces, auxquelles la société civile et la police ont pu répondre. Le référendum se déroula sans violence. (Photo: PNUD Kenya)

« Le PNUD a pour mission principale de renforcer les capacités nationales pour le développement. Sur cette base, le concept d'« infrastructures pour la paix » guide l'appui du PNUD aux pays pour évaluer et apporter une solution à leur vulnérabilité structurelle. Les « infrastructures pour la paix » peuvent se définir comme le réseau de structures, de mécanismes, de ressources, de valeurs et de compétences interdépendants qui, par le dialogue et la concertation, contribuent à prévenir les conflits et à consolider la paix au sein d'une société ».

Vous suivez ? Félicitations ! Vous êtes sans doute le/la seul(e). 

Mon intention, en vous présentant l’intégralité de cette déclaration, est facétieuse mais aussi délibérée : trop souvent, le jargon complique des activités de développement qui sont non seulement d'une importance capitale, mais aussi très simples en réalité.

Le concept d'« infrastructures pour la paix » en est un exemple. Quoi de plus important pour un pays en conflit que de donner au gouvernement, à la police, aux groupes et factions rivaux les compétences nécessaires pour discuter en paix ? Autrement dit, apporter aux communautés les ressources et l'appui nécessaires pour négocier et résoudre les conflits, analyser les risques de recrudescence et être alertées à temps afin d'intervenir rapidement.

Exemples :

-  Au Lesotho en 2012, l'environnement politique était de plus en plus tendu. Le PNUD a formé quatre responsables ecclésiastiques à la médiation afin d'aider à désamorcer la tension. Pendant deux ans, ils ont aidé des politiciens rivaux à conclure une série d'accords qui ont rétabli la confiance. L'année dernière, en partie grâce à cette médiation, le Lesotho a connu sa toute première alternance démocratique pacifique.

-  Au Tchad, où les disputes sur la terre et le bétail finissent souvent mal, le PNUD offre une formation similaire aux particuliers, aux ONG locales, aux groupements de femmes, aux syndicats et aux responsables gouvernementaux. Aujourd'hui, les « caravanes de la paix » sillonnent le pays pour aider les communautés à résoudre leurs disputes.

-  Suite au conflit d'août 2008 en Géorgie, les communautés habitant le long de la frontière administrative de l'Ossétie du Sud continuent de vivre dans l'insécurité. En partenariat avec une ONG internationale, le PNUD aide les observateurs à signaler les menaces par SMS et à donner aux autorités une idée très précise de leur persistance. Dans beaucoup de cas, les SMS ont permis la résolution rapide du problème.

1,5 milliard de personnes vivent en zone de conflit, de violence ou de forte criminalité. Dans ces zones, le développement est souvent un rêve irréalisable. Avoir les compétences et l'appui nécessaires pour résoudre durablement les différends est vital. Avec l'appui du PNUD, le rêve devient réalité dans plusieurs parties du monde, en dépit du jargon ...