• Les OMD en 2015 : L’Amérique latine a besoin d’égalité et d’un environnement viable à terme

    05 avr. 2013

    enfants en Uruguay
    En Uruguay, un programme a permis d'améliorer la santé maternelle et des jeunes enfants avec des services de santé et nutritionnels. (Photo: PNUD Uruguay)

    À mille jours de la date butoir de 2015, l’Amérique latine et les Caraïbes sont tout près de réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

    La pauvreté a été réduite à son plus bas niveau depuis 30 ans. La mortalité infantile a baissé et nous luttons contre les maladies, certains pays étant à la pointe de l’innovation dans l’accès universel à la prévention de l’infection par le VIH et du sida, aux traitements et aux soins nécessaires.

    Les engagements pris il y a 13 ans ont amené la région à affiner certaines politiques sociales novatrices. Accompagnées d’une croissance économique rapide et d’efforts de création d’emplois, ces politiques ont permis à des millions de personnes de sortir de la pauvreté tout en réduisant les inégalités.

    Mais la région de l’Amérique latine et des Caraïbes demeure la plus inégale au monde – et la plus touchée par la violence. En outre, trop de femmes continuent de mourir en couches, et les pays doivent s’efforcer de promouvoir la parité des sexes dans l’emploi et dans les élections parlementaires, ainsi que dans l’accès à l’éducation et aux soins de santé de la procréation. Il faut aussi améliorer l’assainissement et redoubler d’efforts pour inverser la destruction des forêts.

    En outre, les réalisations moyennes des OMD sont insuffisantes dans les pays qui, de longue date, connaissent des inégalités. Dans les États brésiliens de São Paulo et Piauí, ou dans les États mexicains de Nuevo León et Chiapas, les réalisations en matière d’OMD diffèrent considérablement de la moyenne nationale.

    Pour s’attaquer à ces disparités, le PNUD et les autres organismes de l’ONU ont créé des partenariats avec les autorités pour évaluer les progrès réalisés aux niveaux des États et des municipalités. Par exemple, l’État de Chiapas, le plus pauvre du Mexique, s’est inspiré des OMD pour élaborer ses programmes de réduction de la pauvreté  et autres programmes sociaux au niveau local, ce qui a abouti à des améliorations dans l’éducation et la santé.

    Nous avons devant nous 1 000 jours pour combler les écarts restants. Mais c’est aussi le moment tout indiqué pour débattre d’une stratégie de développement susceptible de fonctionner dans la région durant les décennies à venir  – avec, comme éléments essentiels, l’égalité et la durabilité environnementale.

    La région a besoin de transformer ses modes de développement et de consommation, et les pays ont besoin de prendre en mains leur plein potentiel de superpuissances de la biodiversité. La production alimentaire, la lutte contre les maladies, la fabrication de produits pharmaceutiques et le tourisme, notamment, justifient tous des investissements commerciaux durables.

    En dépit des problèmes qui sont encore devant nous, la région atteste que le changement est possible si les gouvernements, la société civile et le secteur privé ont la volonté de l’adopter dans un but commun : réaliser le développement humain pour tous.


    Dites-nous : Quelles mesures faut-il prendre pour venir à bout des problèmes auxquels se heurtent l’Amérique latine et les Caraïbes?


A propos de l'auteur
thumbnail

Heraldo Muñoz est Sous-Secrétaire général de l’ONU et Directeur du Bureau régional pour l’Amérique latine et les Caraïbes au Programme des Nations Unies pour le développement

 

Biographie
Notre perspective
Lutter contre la hausse de la violence dans les Caraïbes | Heraldo Muñoz

Twelve of the 20 most violent countries in the world are in Latin America and the Caribbean.