Au-delà des montagnes, un meilleur avenir pour les Haïtiens

11 janv. 2013

Une jeune femme entrepreneur en Haïti. Photo: PNUD en Haïti Une jeune femme entrepreneur en Haïti. Photo: PNUD en Haïti

« Au-delà des montagnes, encore des montagnes», dit un vieux proverbe haïtien, en rappel des défis démesurés que cette demi-île caribéenne a dû relever depuis la nuit des temps.

En tête de liste, le séisme de 2010 qui a fait plus de 200 000 morts, déplacé 1,5 million de personnes et ébranlé ou rasé quelque 300 000 bâtiments. Son impact a été le plus dévastateur dans la capitale hyperurbanisée et surpeuplée du pays où il a provoqué des ruines inimaginables et détruit environ 80 pour cent de l'économie de la ville.

Mais les Haïtiens sont habitués à escalader les montagnes.

Le gouvernement, le secteur privé et les organisations internationales travaillent avec les familles et les communautés à reconstruire le pays et à relancer l'économie. Les femmes, qui dirigent presque 50 pour cent des ménages, jouent un rôle clé.

Placer les Haïtiens et leurs communautés au cœur du processus de relèvement est essentiel. Dans les quartiers, ce sont les résidents qui fixent les priorités en termes de reconstruction des maisons et des infrastructures, avec une attention toute particulière aux risques spécifiques aux citadins.

Pour permettre aux familles de prendre elles-mêmes en charge la réparation et la reconstruction de leurs maisons, le PNUD a mis sur pied des centres communautaires d’appui dont 30 000 personnes bénéficient.

Plus de 1 000 familles ont reçu un appui financier de 500 dollars américains pour la réparation de leurs maisons - à travers le tout premier mécanisme de transfert d’argent par téléphonie mobile pour des projets de reconstruction.

Nous avons également aidé à former plus de 7000 personnes à faire de la reconstruction de qualité, à renforcer le système national de gestion des risques de catastrophes et à lancer des programmes de protection de l'environnement.

Nos résultats en Haïti sont importants et tangibles, un effet direct de la vague de sympathie internationale qui a suivi le séisme et demeure un soutien indispensable. Un horizon aux montagnes moins nombreuses et impressionantes est en vue.

Dites-nous : comment aider le Gouvernement haïtien à bâtir sur ces acquis?