• Hommes du monde entier, unis pour émanciper les femmes

    05 nov. 2012

    Groupes de femmes en Inde
    L'autonomisation des femmes nous concerne tous. Photo: PNUD Inde

    Nous vivons dans un monde encore profondément injuste, où naître homme ou femme n’a pas la même valeur.

    Les femmes représentent 70 % de la population mondiale vivant en dessous du seuil de pauvreté. A travail égal, leurs salaires sont de 10 % à 30 % inférieurs à ceux des hommes . Elles sont propriétaires d’un pour cent des terres cultivables, bien qu’elles représentent 80 % de la main-d'œuvre agricole. Pire, deux tiers d’entre elles (60 %) subissent des violences (physique, sexuelle, psychologique ou économique) au sein ou à l’extérieur de leurs foyers.

    Continuer à nier cette réalité ou faire assumer aux femmes la responsabilité « d’agir à ce propos » aggrave cette injustice.

    Il faut agir, comme le font depuis des années les mouvements féministes, mais cette fois en nous joignant à elles, nous les hommes.

    Une voie encore à explorer consiste à renverser les mythes fondant et étayant l’inégalité entre hommes et femmes : comment se fait-il que de nombreux hommes croient encore être supérieurs aux femmes ? D’où vient cette façon de penser ? Pourquoi persiste-t-elle ?

    Nos relations sociales obéissent aussi à un système patriarcal, structuré de façon hiérarchique.

    Ce système place les hommes dans la sphère politique qui leur permet d’accéder au pouvoir et aux ressources, et attribue aux femmes le domaine domestique où elles sont chargées, presque exclusivement de l’entretien du foyer et de prendre soin d’autrui.

    Notre culture et ses institutions maintiennent ce système en place et l’alimentent, selon une dynamique qui porte atteinte au développement humain.

    Donc, si nous considérons que le système de relations sociales et de pouvoir dans lequel nous vivons est un objet « construit socialement », nous pouvons tout aussi bien en envisager « le renversement et le changement ».

    Révisons les rôles et les mandats. Prononçons-nous pour une identité choisie ; pour mieux vivre ensemble et pour construire une communauté qui n’aura besoin ni de violence ni de l’abus de certains de ses membres pour durer.

    Parlez-nous – comment les hommes peuvent-ils contribuer à l’autonomisation des femmes?