PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Hommes du monde entier, unis pour émanciper les femmes

05 nov. 2012

Groupes de femmes en Inde L'autonomisation des femmes nous concerne tous. Photo: PNUD Inde

Nous vivons dans un monde encore profondément injuste, où naître homme ou femme n’a pas la même valeur.

Les femmes représentent 70 % de la population mondiale vivant en dessous du seuil de pauvreté. A travail égal, leurs salaires sont de 10 % à 30 % inférieurs à ceux des hommes . Elles sont propriétaires d’un pour cent des terres cultivables, bien qu’elles représentent 80 % de la main-d'œuvre agricole. Pire, deux tiers d’entre elles (60 %) subissent des violences (physique, sexuelle, psychologique ou économique) au sein ou à l’extérieur de leurs foyers.

Continuer à nier cette réalité ou faire assumer aux femmes la responsabilité « d’agir à ce propos » aggrave cette injustice.

Il faut agir, comme le font depuis des années les mouvements féministes, mais cette fois en nous joignant à elles, nous les hommes.

Une voie encore à explorer consiste à renverser les mythes fondant et étayant l’inégalité entre hommes et femmes : comment se fait-il que de nombreux hommes croient encore être supérieurs aux femmes ? D’où vient cette façon de penser ? Pourquoi persiste-t-elle ?

Nos relations sociales obéissent aussi à un système patriarcal, structuré de façon hiérarchique.

Ce système place les hommes dans la sphère politique qui leur permet d’accéder au pouvoir et aux ressources, et attribue aux femmes le domaine domestique où elles sont chargées, presque exclusivement de l’entretien du foyer et de prendre soin d’autrui.

Notre culture et ses institutions maintiennent ce système en place et l’alimentent, selon une dynamique qui porte atteinte au développement humain.

Donc, si nous considérons que le système de relations sociales et de pouvoir dans lequel nous vivons est un objet « construit socialement », nous pouvons tout aussi bien en envisager « le renversement et le changement ».

Révisons les rôles et les mandats. Prononçons-nous pour une identité choisie ; pour mieux vivre ensemble et pour construire une communauté qui n’aura besoin ni de violence ni de l’abus de certains de ses membres pour durer.

Parlez-nous – comment les hommes peuvent-ils contribuer à l’autonomisation des femmes?