• De nombreux défis restent à relever pour que justice et sécurité règnent dans la région arabe

    24 sept. 2012

    Des millions de libyens se sont rendus aux urnes pour participer aux premières élections nationales libres depuis près de cinquante ans. Photo: Samia Mahgoub /PNUD
    Des millions de libyens se sont rendus aux urnes pour participer aux premières élections nationales libres depuis près de cinquante ans. Photo: Samia Mahgoub /PNUD

    Il y a un an à peine, la région arabe a été témoin de changements sans précédent, alors que plusieurs pays entamaient leur transition vers une gouvernance plus démocratique.

    Le renforcement de l’état de droit est l’un des principaux défis que ces pays ont à relever, leurs citoyens réclamant des organismes chargés de la sécurité  ayant l’obligation de rendre compte de leurs actes, un appareil judiciaire impartial et la pleine jouissance des droits de l’homme.

    Nous avons rencontré récemment deux hauts fonctionnaires à la pointe de ce combat : Kamal Bashar Idhan, président de la Cour suprême de Libye, à qui a été confiée la tâche de veiller à ce que la justice fonctionne et à ce que tous les Libyens jouissent de leurs droits fondamentaux, et Said Mechichi, Secrétaire d’État chargé des réformes au sein du ministère de l’Intérieur tunisien, qui dirige la réforme du secteur de la sécurité dans le pays où a commencé la vague de changements dans tout le monde arabe.

    Ces deux fonctionnaires, ainsi que les institutions qu’ils dirigent, doivent relever des défis impressionnants. Renforcer la primauté du droit pendant une période de transition est certainement l’un des aspects du changement les plus difficiles à gérer. Mais c’est aussi l’un des plus importants, et nous avons été impressionnés par leur volonté de faire en sorte que l’état de droit et le respect des droits de l’homme soient au cœur-même de ces transitions.

    Le PNUD a collaboré étroitement avec des pays de la région arabe, dont la Libye et la Tunisie, pour appuyer les transitions démocratiques et les initiatives nationales visant à ré-établir la justice et la sécurité. Pour cela, nous avons déployé toute l’expertise acquise dans plusieurs autres régions, tout en étant attentifs aux besoins locaux de par notre présence, un processus consultatif et une volonté d’appropriation nationale.

    Le PNUD intervient aussi au plus haut niveau pour parler des obstacles que ces pays doivent surmonter afin de renforcer l’état de droit et faire respecter les droits de l’homme. Mais nous nous laissons aussi guider par le dévouement de fonctionnaires comme ceux que nous avons rencontrés récemment en Tunisie et en Libye. Des homologues aussi attachés à cette cause que ces deux hommes bénéficieront toujours de l’appui du PNUD alors qu’ils progressent dans leurs efforts pour renforcer l’état de droit et remplir les promesses d’une transition démocratique.

     

    Sima Bahous et Jordan Ryan


A Propos des Auteurs
thumbnail

Sima Bahous est la Directrice du Bureau pour les États arabes au Programme des Nations Unies pour le développement.

thumbnail

Jordan Ryan est le Directeur du Bureau de la prévention des crises et du relèvement du Programme des Nations Unies pour le développement.