• Rwanda : prévenir les catastrophes est essentiel pour le développement

    28 août 2012

    Femme devant un tableau de classe
    La réalisation d’une réduction durable des risques de catastrophe implique la prise en compte d’une gamme d’opportunités élargie.

    Partout dans le monde, le nombre de catastrophes ainsi que la gravité de leurs conséquences sur le plan économique et humain sont en constante augmentation.  En 2011, les catastrophes naturelles ont tué plus de 30 000 personnes et touché de plein fouet 244 millions d’individus. Cette même année, les pertes économiques résultant de ces événements ont représenté 366 milliards de dollars, un chiffre record jamais égalé auparavant.

    Il n’est donc pas surprenant de constater que la vaste majorité des personnes touchées par ces événements vit dans les pays en développement, où les pauvres sont davantage exposés aux risques des aléas naturels. Cela est particulièrement vrai pour les populations les plus marginalisés, notamment les femmes et les filles.
    Le Rwanda ne fait pas exception à la règle. Cette année, les pluies torrentielles ont entraîné des inondations et des glissements de terrain sans précédent, tuant 32 personnes et détruisant plus de 1 400 habitations et quelque 2 222 hectares de terre.  L’étendue des dégâts a souligné les liens entre changement climatique, utilisation des sols et surpopulation, qui constituent autant de sérieux défis au développement pour le Rwanda.

    Le PNUD continue à soutenir le pays, dans le cadre de son programme de développement post-2015 pour la réduction des risques de catastrophe.

    Premièrement, le PNUD aide le Rwanda à intégrer la réduction des risques de catastrophe dans sa planification du développement, depuis l’échelon local jusqu’au niveau national. Lorsque les catastrophes surviennent, nous œuvrons à aider le pays à se reconstruire en mieux, en créant des opportunités pour un développement plus résilient.

    Deuxièmement, les lois, les institutions et la gouvernance doivent être renforcées pour garantir une meilleure prévention aux catastrophes. Grâce à notre soutien, le Rwanda intègre un aménagement du territoire plus judicieux, des codes de la construction mieux adaptés ainsi qu’une meilleure gestion de l’environnement et de l’eau sont désormais intégrés à sa stratégie de réduction de la pauvreté.

    Troisièmement, la réalisation d’une réduction durable des risques de catastrophe implique la prise en compte d’une gamme d’opportunités élargie, couvrant des activités aussi diverses la promotion de la participation locale, renforcement des capacités de la population et la prise en compte du rôle des femmes.

    Quatrièmement, on estime que chaque dollar dépensé dans le cadre de l’aide à la prévention et à l’atténuation des catastrophes permet d’économiser en moyenne sept dollars au titre de la riposteaux catastrophes humanitaires . En investissant dès maintenant dans la réduction des risques de catastrophe, le Rwanda optimise ses chances de sauver des vies et de réaliser des économies, en garantissant la préservation et la continuité des progrès remarquables enregistrés au cours des vingt dernières années.

    Donnez-nous votre opinion : comment préparer le monde à faire face aux risques de catastrophe ?