• L'accès à la technologie peut aider à prévenir les conflits

    07 août 2012

    A Muhanga, en RD Congo, de jeunes garçons montrent fièrement leurs téléphones cellulaires. Photo: UNESCO/ Ian Redmond
    A Muhanga, en RD Congo, de jeunes garçons montrent fièrement leurs téléphones cellulaires. Photo: UNESCO/ Ian Redmond

    Cette dernière décennie a été marquée par des progrès technologiques qui nous permettent de mieux comprendre d'autres peuples et d'améliorer notre capacité à écouter les autres. Plus de cinq milliards de personnes à travers le monde —environ 77 pour cent de la population mondiale —possèdent ou ont accès à un téléphone portable et les dix principaux sites de réseau social dans le monde cumulent plus de 4,6 milliards d'utilisateurs.    

    Avec la baisse du prix des technologies, de plus en plus de personnes qui n'avaient pas accès à ne serait-ce qu' un téléphone il y a encore dix ans, peuvent désormais utiliser ces nouveaux outils pour améliorer leurs vies; gérer un commerce; demander une aide d'urgence; défendre leurs propres intérêts; et également participer à la prévention de conflits. Les artisans de la paix tirent maintenant parti de ces nouvelles possibilités de réduire les conflits à l'échelle locale et mondiale.

    Par exemple, lors du référendum constitutionnel de 2010 au Kénya, des observateurs du processus de paix ont été formés, avec le soutien du PNUD, à reccueillir des informations et répondre rapidement aux messages reçus par SMS, permettant ainsi aux comités de paix locaux d'intervenir et d'atténuer les conflits naissants. Plus de 16 000 SMS ont été envoyés par des citoyens inquiets, et environ 200 actes de violence potentiels ont été évités dans la seule région de la vallée du rift grâce à ce dispositif. Le système est désormais en place pour les prochaines élections au Kénya.

    De la même façon, au Kirghizistan, le logiciel de crowdsourcing et de cartographie interactive Ushahidi ont permis l'an passé de surveiller les violations commises le jour des élections. Près de 3 000 SMS d'observateurs du processus de paix et de citoyens ont été transmis à la plateforme, ce qui a eu pour effet d’augmenter la transparence des élections et de permettre aux observateurs d'avoir une image "en temps réel" pour pouvoir réagir en conséquence.

    Les téléphones portables, les réseaux sociaux et d'autres ressources en ligne ont servi à diffuser des avis sur de possibles violences dans les « points chauds », à répondre rapidement aux conflits naissants, et à analyser les tendances pour contribuer à l’amélioration des programmes.

    Le potentiel est considérable. Un accès rapide et de qualité aux données exploitables peut contribuer, avec le partage d'informations, à apporter la paix.

    Donnez-nous votre avis: comment utiliser la technologie pour accroître l'autonomie des communautés, promouvoir le développement et la paix et prévenir la violence?