• Cap sur Rio: La croissance et l’emploi au cœur des programmes de développement post-2015 | Magdy Martinez-Soliman

    15 mai 2012

    Participants du programme
    Participants du programme "de l'argent pour du travail" en Haiti. Photo: PNUD

    La croissance et l’emploi se trouveront au cœur d’un débat organisé par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), l’Organisation internationale du Travail (OIT) et le Gouvernement du Japon, qui aura lieu cette semaine à Tokyo et qui portera sur « l’ordre du jour du développement post-2015 ».

    Les programmes d’ajustement structurel communs dans les années 80 et 90, qui visaient à résoudre des problèmes très complexes, ont eu en définitive pour effet de freiner le développement et la croissance, souvent de manière douloureuse et peu sensible, et d’aggraver la pauvreté et le sous-développement. Et ils ont donné mauvaise réputation à la croissance.

    Mais aujourd’hui, croissance et emploi ont repris résolument la place qui leur revient à l’ordre du jour du développement  et seront un sujet de premier plan lors de la Conférence Rio+20 le mois prochain.

    La seule cible des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui concerne un travail productif et décent ne sera selon toute vraisemblance pas atteinte d’ici 2015. La crise financière et économique mondiale a freiné la croissance et a débouché sur une crise de l’emploi : on prévoit actuellement que le nombre total de chômeurs de par le monde augmentera de 6 millions de personnes au cours des trois années à venir.

    C’est là un problème qui ne concerne pas les seuls pays en développement.  Dans mon propre pays, l’Espagne, près d’une personne sur quatre en âge de travailler est au chômage.  D’où l’intérêt d’une large gamme de pays pour l’inscription de la croissance à l’ordre du jour.  Le G20 se concentre sur l’adoption d’un programme de croissance forte et durable pour assurer le relèvement au lendemain de la crise et les pays des moins avancés ont reconnu l’an dernier, lors d’une grande conférence, l’importance que revêtent les capacités de production pour la croissance.

    La croissance et l’emploi sont importants pour « l’avenir que nous voulons », car ils ne sont pas cantonnés au seul plan des statistiques. Ils sont intrinsèquement liés aux questions de la dignité humaine et du sentiment de valeur personnelle. Ils le sont aussi aux questions d’inclusion et d’équité, ces dernières ayant figuré au cours des soulèvements qui ont secoué la région des États arabes l’an dernier et dont les échos résonnent aujourd’hui au sein des mouvements Occupy dans les pays développés.

    Nous avons enfin accepté le fait que le capital humain et le capital naturel sont, après tout, considérablement plus importants que le capital financier.

    Magdy Martínez-Soliman
    Directeur adjoint du Bureau des politiques de développement

    Donnez-nous votre avis : Comment pouvons-nous générer de la croissance et créer des emplois tout en protégeant notre planète ?