• Cap sur Rio: Par quoi remplacer les OMD ? | Rebeca Grynspan

    01 mai 2012

    Un homme tend une poignee de graines de cafe
    Un employe de la "cooperative cafe timor", le plus grand employeur du Timor-Leste, tend une poignee de graines de cafe. Photo: ONU/Martine Perret

    Les buts visés par les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) n’ont rien perdu de leur pertinence : libérer les individus de la faim et de la pauvreté partout dans le monde, veiller à ce qu’ils soient en bonne santé, aient accès à une éducation de base, à l’assainissement et à une eau potable et salubre, et faire en sorte qu’hommes et femmes jouissent de l’égalité des droits, tout cela en plaçant le développement humain  au centre des débats.

    De grands progrès ont été faits : réduction de moitié de l’extrême pauvreté, accès accru à des sources d’eau améliorées, réduction de la mortalité infantile (jusqu’à 12 000 décès en moins par jour), multiplication par 13 du nombre de personnes recevant une thérapie antirétrovirale. Et certains des pays les plus pauvres du monde ont avancé à grands pas sur la voie de l’éducation primaire universelle.

    Mais il nous reste une liste de tâches inachevées, qui devrait servir de base à l’après 2015. Nous sommes loin d’avoir atteint certains des objectifs et cibles que nous nous étions fixés, comme la réduction de la mortalité maternelle et l’autonomisation des femmes et des filles. L’extrême pauvreté aura été réduite de moitié par rapport aux niveaux de 1990, mais non éradiquée. La réalisation des OMD à la date indiquée doit rester notre principale priorité et la communauté internationale ne doit pas le perdre de vue ni ralentir son élan d’ici la date butoir de 2015.

    Lorsque nous réfléchissons à l’agenda d’après 2015, nous devons veiller à ce que notre approche englobe ceux qui ont été laissés pour compte ou qui risquent de l’être : les plus pauvres parmi les pauvres, ceux qui sont désavantagés, victimes de stigmatisation ou de discrimination à cause de leur sexe, de leur âge, de leur race ou de leur appartenance ethnique, de leur lieu de résidence ou d’un handicap. La lutte contre les inégalités doit être considérée comme aussi importante qu’améliorer la vie des populations « dans la moyenne ».

    En tant que président du Groupe de développement des Nations Unies, le PNUD espère que la société civile et les citoyens participeront activement au débat sur l’agenda du développement d’après 2015, ou – comme le demandera la Déclaration de Rio – sur « l’avenir que nous voulons ».

    Pour nous, ce devrait être un avenir de croissance économique durable et inclusive, de protection sociale pour tous et de préservation de notre patrimoine mondial, de ce dont nous avons hérité et que nous avons promis de partager avec les générations futures. C’est pourquoi il doit s’aligner sur les débats et les conclusions de Rio+20 en juin 2012.

    Parlez-nous : Par quoi remplacer les OMD?


Suivez-nous
A propos de l'auteur
thumbnail

Rebeca Grynspan est Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Administratrice associée du PNUD.

Suivez-la sur Twitter: @RGrynspan

Plus
Pour en savoir plus sur les OMD
thumbnail

Le texte fondateur des Objectifs du millénaire pour le développement est la Déclaration du millénaire adoptée le 8 septembre 2000, lors de l’ouverture de la 55ème session de l’Assemblée générale des Nations unies.

Plus
Suivez-nous