• Lutter contre la hausse de la violence dans les Caraïbes | Heraldo Muñoz

    20 mars 2012

    du fil barbele, un ciel bleu et une mer bleue a l'arriere-plan
    Douze des 20 pays les plus violents au monde se trouvent en Amerique Latine et dans les Caraibes, ou vit 8.5% de la population mondiale, mais qui represente 27% des homicides. Photo: UNDP

    Douze des vingt pays les plus violents au monde se trouvent en Amérique Latine ou dans les Caraïbes. Avec 8,5 pour cent de la population mondiale, ils comptent 27 pour cent des homicides commis dans le monde.

    Les conséquences sont dévastatrices, comme le montrent le premier Rapport du PNUD sur le développement humain aux Caraïbes et un rapport antérieur sur le développement humain en Amérique centrale.

    Le rapport intitulé Human Development and the Shift to Better Citizen Security (Développement humain et Transition à une sécurité accrue des citoyens) montre que le taux d'homicides a considérablement augmenté au cours des 12 dernières années dans l'ensemble des Caraïbes, à l'exception de la Barbade et de Suriname, alors qu'il a diminué ou s'est stabilisé partout ailleurs.

    L'étude portant sur Antigua-et-Barbuda, la Barbade, la Guyane, la Jamaïque, Sainte-Lucie, Suriname et Trinité-et-Tobago, montre qu'une très grande partie de cette violence provient de la criminalité transnationale organisée, très active aux Caraïbes.

    Bien qu'à la Jamaïque le taux d'homicides ait baissé après la conclusion du rapport, jusqu'à atteindre son niveau le plus bas en sept ans (1 124 en 2011), le pays enregistre le taux d'homicides le plus élevé des Caraïbes et se place à la troisième place mondiale, derrière le Salvador et l'Honduras.

    Des vies sont perdues et détruites. La productivité, le capital social, ainsi que la confiance des citoyens en leurs institutions, sont également sapés. Le crime décourage les investisseurs, détourne les jeunes du marché de l'emploi pour les conduire en prison et accapare les fonds qui auraient pu améliorer les systèmes d'éducation et de santé.

    Ce rapport invite les gouvernements à renforcer les institutions publiques, notamment le système de justice pénale, tout en amplifiant les mesures de prévention, notamment grâce à l'éducation et au développement de l'emploi visant les populations urbaines pauvres et marginalisées.

    L'intégration sociale, l'implication de la communauté locale ainsi que le renforcement efficace de la loi sont essentiels. Il est primordial que les dirigeants politiques des Caraïbes s'investissent au-delà du cadre de leur mandat. De plus, une collaboration internationale est cruciale pour mettre fin à la criminalité transnationale organisée.

    Ce ne sont pas là des problèmes simples, mais ils peuvent se résoudre. En collaboration avec les divers gouvernements, le PNUD s'efforce d'endiguer le trafic des armes légères et d'améliorer le maintien de l'ordre et la gouvernance. De plus, les efforts du PNUD ont pour objectif de donner aux jeunes la possibilité d'envisager un meilleur avenir et de leur donner les compétences pour le concrétiser.

    Que faire pour améliorer la sécurité humaine dans les Caraïbes ?