• Un appui soutenu est primordial pour le relèvement de la Somalie

    12 déc. 2011

    Des femmes attendent de l'aide à un site d'alimentation à Mogadiscio, Somalie. (Photo: WFP/David Orr)
    Des femmes attendent de l'aide à un site d'alimentation à Mogadiscio, Somalie. (Photo: WFP/David Orr)

    L’arrivée de la longue saison des pluies, couplée à l’extension des opérations humanitaires et de relèvement rapide de ces derniers mois, a amélioré la situation sur le terrain en Somalie méridionale, au point que trois régions – Bay, Bakool et Shabellaha Hoose – ont pu être ramenées du statut de famine à celui d’urgence humanitaire.

    Ces progrès apportent un certain espoir, mais les avancées, restent extrêmement fragiles. Sans un appui soutenu, elles pourraient être annihilées.

    Quatre millions de personnes sont toujours dans un état de crise en Somalie. Parmi eux, 250 000 sont en danger de mort. Un autre million de Somaliens vivent toujours dans les campements de réfugiés des pays voisins.

    Heureusement, les associations humanitaires et les organisations d’aide au développement continuent à manifester leur engagement vis-à-vis de la crise en améliorant la vie des hommes, femmes et enfants somaliens.

    Nous restons néanmoins confrontés à d’énormes défis, comme l’a démontré la récente interdiction par le groupe Al-Shabaab de six agences de l’ONU et de dix organisations non gouvernementales (ONG) actives dans le sud de la Somalie.

    Les progrès réalisés doivent être soutenus, et nous devons être préparés à continuer encore longtemps.

    L’appui international devra se poursuivre – voire même augmenter – pendant toute l’année 2012. Le 13 décembre, nous lancerons le Processus d’appel global (CAP – Consolidated Appeal Process) qui trace les grandes lignes du programme d’assistance humanitaire prévu en Somalie pour 2012.

    Ce programme a pour but de réduire les taux de malnutrition, de prévenir d’autres déplacements de population dans le pays et au-delà des frontières, et d’aider les personnes déjà en partance ou abandonnées.  Fort de 349 projets menés par 148 organisations, dont des ONG et les Nations Unies, ce programme a besoin de 1,5 milliard de dollars pour répondre aux besoins vitaux les plus urgents de la Somalie en crise.

    Un thème clé du CAP 2012 est la résilience, en faveur de laquelle le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) compte fortement s’engager, avec des initiatives spécifiques visant à réduire la dépendance vis-à-vis de l’assistance humanitaire et à s’assurer que les ménages soient capables de résister à de futurs chocs.

    Le PNUD poursuivra aussi son action dans les programmes de génération de revenus d’urgence et de reconstruction des infrastructures à travers des initiatives du type « Argent contre travail ».

    Dans le cadre de son appui à l’établissement de l’état de droit, le PNUD soutiendra des activités centrées sur la protection des groupes vulnérables, en particulier dans la capitale, Mogadiscio, où les cas de violences sexuelles et sexistes ont augmenté.

    L’assistance à la Somalie sera toujours confrontée à des défis, et 2012 ne fera pas exception. Mais, en cet instant critique, il est exclu de laisser la Somalie disparaître des agendas humanitaires et du développement internationaux.

    Par Mark Bowden, résident et coordinateur humanitaire des Nations Unies et représentant résident du PNUD pour la Somalie

    Suivre les Nations Unies en Somalie sur Facebook.


A propos de l'auteur
Mark

Mark Bowden est le Coordonnateur humanitaire des Nations unies en Somalie et Représentant résident du PNUD pour la Somalie.

 

Réponse du PNUD à la crise dans la Corne de l'Afrique



Aidez les victimes de catastrophes humanitaires dans le monde.

Zidane appelle à la mobilisation

Voir aussi le Match contre la pauvreté en faveur de la Corne de l'Afrique