PNUD Dans le monde

A

Afghanistan Afrique du sud Albanie Algérie Angola Arabie saoudite Argentine Arménie Azerbaïdjan

B

Bahreïn Bangladesh Barbade Bhoutan Bolivie Bosnie-Herzégovine Botswana Brésil Bureau du Pacifique Burkina Faso Burundi Bélarus Bélize Bénin

C

Cambodge Cameroun Cap-Vert Centrafrique (République centrafricaine) Chili Chine Chypre Colombie Comores Congo (République du) Congo (République démocratique du) Corée (République populaire démocratique de) Costa Rica Croatie Cuba Côte d'Ivoire

D

Djibouti

E

Egypte El Salvador Emirats arabes unis Equateur Erythrée Ethiopie

G

Gabon Gambie Ghana Guatemala Guinée Guinée équatoriale Guinée-Bissau Guyane Géorgie

H

Haïti Honduras

I

Ile Maurice et Seychelles Inde Indonésie Irak (République d') Iran

J

Jamaïque Jordanie

K

Kazakhstan Kenya Kirghizistan Kosovo (selon RCSNU 1244) Koweït

L

Laos Lesotho Liban Libye Libéria L’Ex-République yougoslave de Macédoine

M

Madagascar Malaisie Malawi Maldives Mali Maroc Mauritanie Mexique Moldova Mongolie Monténégro Mozambique Myanmar

N

Namibie Nicaragua Niger Nigéria Népal

O

Ouganda

P

Pakistan Panama Papouasie-Nouvelle-Guinée Paraguay Philippines Programme palestinien Pérou

R

Russie (Fédération de) Rwanda République dominicaine

S

Samoa Serbie Sierra Leone Somalie Soudan Soudan du Sud Sri Lanka Suriname Swaziland Syrie São Tomé-et-Principe Sénégal

T

Tadjikistan Tanzanie Tchad Thaïlande Timor-Leste Togo Trinité et Tobago Tunisie Turkménistan Turquie

U

Ukraine Uruguay Uzbekistan

V

Venezuela Viet Nam

Y

Yémen

Z

Zambie Zimbabwe

Industries extractives : créer une richesse durable

08 nov. 2011

Helen Clark en Mongolie L'Administratrice du PNUD Helen Clark en discussion avec un entrepreneur faisant partie du projet Entreprise en Mongolie.(Credit: PNUD)

A Oulan-Bator, en Mongolie, une conférence sur la gestion des industries extractives s’est penchée sur la façon dont les pays riches en ressources naturelles peuvent le mieux tirer parti des actifs précieux que sont le pétrole, le gaz ou les minerais, et mieux résister à la volatilité des prix. Les pays exportateurs de ces matières premières ont besoin d’alternatives pour stabiliser leurs économies et les rendre moins vulnérables aux aléas des marchés : les prix du cuivre ont chuté de près de 15 % entre juillet et septembre, tandis que ceux de l'or ont augmenté de 30 % depuis janvier. De telles fluctuations compliquent la planification budgétaire et rendent les pays en développement  vulnérables aux chocs boursiers.

Il est vrai aussi que les économies dominées par les industries extractives n'ont pas toujours réussi à dégager des avantages sociaux et économiques pour leur population. En effet, l'extraction des ressources minérales peut devenir une malédiction lorsqu'elle alimente les conflits et entraîne des catastrophes environnementales. L'énorme disparité entre la richesse créée et le manque d’avantages retirés au niveau local est souvent exacerbée par la faiblesse de la gouvernance, et par un manque de transparence et de redevabilité.

C'est pourquoi le PNUD et le Gouvernement de Mongolie ont réuni les représentants de 17 pays en développement riches en ressources naturelles pour discuter des moyens de s'assurer que la richesse créée par les industries extractives profite aussi au développement humain.

Les choix opérés par les gouvernements et autres partenaires affectent directement la façon dont les ressources naturelles contribuent au développement social et économique. Une bonne gouvernance et une planification judicieuse sur le long terme aident les pays à éviter les impacts négatifs, et à offrir à leurs citoyens des services de qualité, notamment en matière de santé et d'éducation. Des législations efficaces en matière de lutte contre la corruption et l’engagement de société civile encouragent également les gouvernements à plus de transparence dans la façon dont ils dépensent et distribuent la richesse créée grâce aux ressources naturelles nationales. Une planification et une réglementation environnementales solides peuvent aider à éviter la dégradation des écosystèmes et ses séquelles, souvent associée à l'industrie minière.

La gestion des ressources naturelles créées par les industries extractives doit établir un équilibre entre les besoins d'investissements actuels et la garantie d'un patrimoine à laisser aux générations futures. Un tel équilibre permettra de dégager des bénéfices longtemps après l'épuisement des ressources naturelles.

Faites-nous part de vos idées: que faire pour éviter que les ressources naturelles ne deviennent une malédiction pour les pays en développement ?